Accueil Actualité [Actu] block 1 Déconfiné, liberté, égalité, fraternité

Déconfiné, liberté, égalité, fraternité

49
Edito Limpact 103

Voilà, nous y sommes, c’est le grand moment. Mais quel moment ? Mais pourquoi ? Quel intérêt ? Celui du dindon de la farce ? Celui de l’intelligent de l’urgence ? Celui qui a la solution ? Attends, je réfléchis. Oui, dans toute action, il y a le pour, le contre, mais surtout l’intérêt. A qui proᴀte le crime ? Chaque pour, chaque contre va trouver son coupable, va trouver son intérêt individuel à une solution collective. Impensable. Si vous n’avez pas tout compris, c’est normal car personne ne comprend plus rien à cette situation épique, voire ubuesque.

Bon, je continue dans mon délire.

1960 : 3 milliards d’individus dont 46 millions en France, pas de réseaux sociaux. Tout le monde se tient à carreau avec des règles de civisme et de courtoisie ancrés en soi par la savate de maman ou le pied au cul de papa. Tout le monde se rend service (les jeunes font les courses pour les vieux…). Et quand je dis tout le monde, c’est tout le monde, car nous formons tous, que nous soyons issus de tout bord, de toute croyance, de toute communauté, une seule et unique famille. Et cette famille, c’est la France.  Liberté. Egalité. Fraternité.

Bon, je continue dans mon délire.

1980 : liberté. 4,5 milliards d’individus dont 54 millions en France, pas de réseaux sociaux. Tout le monde s’éclate, fait la fête, partage, mélange, échange et change. Change de gouvernance, de direction, d’humeur comme si de rien n’était, comme si les bases n’existaient pas, comme si l’on pouvait changer de cap à sa guise sans en payer la facture, comme si tout était gratuit.

Bon, je continue dans mon délire.

2000 : égalité. 6,5 milliards d’individus dont 59 millions en France, des réseaux sociaux. Tout le monde s’engouffre dans un système où tu peux inventer ta propre vie, où tu peux te cacher de tes maux par tes mots, où tu peux te servir de tes mots pour tes maux, où leurs mots sont tes maux, où tes mots sont leurs maux. Vous n’avez  pas tout compris, c’est normal car l’égalité, c’est partager les mots pour guérir les maux et non pas créer des maux par des mots.

Bon, je continue dans mon délire.

2020 : fraternité. 7,8 milliards d’individus dont 68 millions en France, des réseaux pas sociaux du tout. Tout le monde à l’arrêt, confiné et fraterné. Oui, fraterné, du verbe fraterner que je viens d’inventer (agir avec fraternité pour le bien de la collectivité) tu viens de comprendre et de découvrir les années soixante. Tu viens de découvrir ta famille, tes amis, tes copains, tes voisins… Tu viens de comprendre qu’il faut respecter les règles fondamentales pour notre bien à tous.

Bon, je continue dans mon délire.

2040 : fraterner. Nous serons 9 milliards d’individus dont 73 millions en France. J’espère vous faire réfléchir à “comment fraterner ensemble”.

M.B.