Accueil Articles [Articles] block 2 Laura Calu Par Meddy Viardot

Laura Calu Par Meddy Viardot

5
Meddy Viardot - Limpact

Quand est-ce que l’envie de devenir humoriste t’est venue ?
J’ai toujours voulu faire ce métier. Toute petite déjà, je regardais les vidéos de Franck Dubosc, Elie Semoun, Elie Kakou, les débuts de Florence Foresti, les Robins des Bois, Alain Chabat…

Où as-tu fait tes débuts ?
Les premières scènes, c’était à l’école primaire, pendant les kermesses. J’en profitais pour faire des spectacles seule : je récitais des fables de La Fontaine, je faisais de la danse classique et j’étais d’ailleurs très mauvaise parce que je ne retenais pas les pas de danse. Pour l’anecdote, Mme Sanchez, ma prof de danse, a dit à ma mère, quand j’ai arrêté: “c’est dommage parce que, quand elle est sur scène, elle brille“.

Comment définirais-tu le sketch idéal ?
Le sketch idéal, c’est un sketch qui fait rire, mais pas seulement. Il faut que ça ait du sens, qu’il fasse aussi réfléchir, qu’il parle à tout le monde et qu’il permette de toucher les gens, de les émouvoir.

Il paraît que tu es une vraie Varoise…
Pendant mon enfance, pour passer le temps, je me faisais des cabanes dans la forêt varoise. J’ai grandi dans un village où il n’y avait rien à faire. Du coup, j’enviais ceux qui vivaient en ville. Aujourd’hui, je ne les envie plus du tout car cet ennui m’a permis de travailler mon imagination afin de trouver des choses à faire. Et maintenant, mon imagination est au service de mon humour, avec des personnages comme Mélanie la cagole, par exemple.

Où pourra-t-on bientôt te retrouver ?
Je devais participer au Festival d’Avignon, mais la programmation n’a pas été maintenue. En ce moment, je suis surtout sur internet : je fais beaucoup de vidéos d’humour pour aider au mieux les gens chez eux. Pour ne rien vous cacher, je vais même essayer de faire une petite tournée, avec le timide déconfinement qui nous touche, nous autres saltimbanques, faire quelques petites dates pour récolter des fonds pour les associations qui s’investissent pendant cette crise du coronavirus.

Une question à la personne de ton choix, à qui t’adresserais-tu ?
Sans hésiter à Elie Kakou. Je lui demanderais son secret pour faire rire même quand la vie est compliquée.