Accueil Articles [Articles] block 2 Carnoules, Une nouvelle locomotive pour Intermarché

Carnoules, Une nouvelle locomotive pour Intermarché

375

Il y a tout juste deux mois, Monica et Romain Bousquet rachetaient le magasin Intermarché de Carnoules. Un véritable challenge pour ce couple de jeunes venus tout droit du secteur de l’évènementiel à Paris. Après un temps d’adaptation avec leur nouvelle vie, les voilà prêts pour la gestion quotidienne d’un magasin et de toute son équipe en perte de vitesse.

Racontez-nous votre parcours professionnel…
Avant de nous lancer dans cette aventure, Monica et moi étions Responsable Evènementiel à Paris. De mon côté j’étais Chef de Projet au sein de l’agence Mazarine Event et mon épouse était Responsable du Théâtre Comédia et de la Porte Saint Martin. J’ai fait les Cours Florent, puis je suis rentré au Conservatoire, c’est là où nous nous sommes rencontrés. A l’autre bout de la France, dans le Var, mon père avait l’Intermarché de Solliès-Pont.

Pourquoi ce changement radical de vie professionnelle ?
La passerelle a été que mon père faisait des travaux d’agrandissement il y a trois ans dans son magasin et avait besoin de quelqu’un pour l’accompagner. En l’aidant j’y trouvais mon avantage aussi, cela me permettait de me former car je voyais que le secteur de l’évènementiel avait un avenir difficile. Au fil du temps, l’Intermarché de Carnoules s’est présenté à la vente et nous nous sommes positionnés sur le magasin.

Intermarché Carnoules Monica et Romain Bousquet - Limpact

Qu’est-ce qui vous a attiré vers le secteur de la grande distribution ?
J’ai été plongé dans la grande distribution par le biais de mes parents. Ce qui me plaît dans ce secteur c’est bien évidemment le contact avec la clientèle mais aussi le personnel, manager une équipe pour réussir ses objectifs, j’aime jouer la polyvalence, j’ai la fibre commercial. A l’âge de 17 ans je me disais que je ne ferais jamais ça, j’ai pris le métier à contrepied en me lançant dans le théâtre, puis le théâtre m’a dirigé vers l’évènementiel qui est du commerce également et qui m’a fait revenir à la grande distribution.

J’imagine que votre quotidien a beaucoup changé ces derniers mois…
La journée démarre à 6h du matin pour accompagner les équipes jusqu’à l’ouverture à 8h30, je suis présent pour la mise en rayon et la gestion des commandes, à partir de 8h30 le magasin s’ouvre, j’ai besoin d’avoir cette vue d’ensemble, savoir que les caissières sont bien en place, avoir tous les produits en promotion du moment installés. Gérer le quotidien d’un magasin n’est pas simple, c’est à la fois de la gestion humaine mais aussi un gros travail sur sa viabilité.

Quels projets pour pallier à la baisse de régime du magasin ?
Dans ce magasin les clients habitués se sont déshabitués, certains venaient faire leurs courses ici mais la désorganisation et le manque de vivacité étaient tels que nous les avons perdus, aujourd’hui nous travaillons pour les récupérer de manière récurrente. Nous avons 1500 m2 d’espace, nous devons absolument réorganiser le magasin, réactualiser la gamme, réajuster les prix, diversifier l’offre, nous avons ouvert depuis le mois d’août seulement, tout ne peut pas être mise en place aussi rapidement qu’on le pense. L’outil de vente est important ici, il y a pratiquement tout ce dont on a besoin, une pharmacie, un coiffeur, un salon de beauté, une agence immobilière, je crois sérieusement en l’avenir de ce magasin.

Propos recueillis par Marine Astor