Accueil Articles [Articles] block 2 Charline Pritscaloff, Les fleurs une passion dévorante.

Charline Pritscaloff, Les fleurs une passion dévorante.

352

Gérante de 2 magasins à Orléans, Meilleur Ouvrier de France ce petit bout de femme n’en fini plus de dévorer la vie et les fleurs qu’elle aime comme une famille qu’elle compose, recompose avec un talent qui n’a d’égal que son sourire et sa bonne humeur. Une humeur qu’elle propage et qui vous emmène sur des chemins emplis de couleurs et parfums en tous genres. Attention c’est contagieux !

 

Charline bonjour

Comment tout a commencé ?

Depuis toute petite à l’âge de 10 12 ans à peu près… Avec une maman qui prend des cours d’art floral amateur et qui me donne le virus. C’est à ce moment où j’ai décidé d’être fleuriste et de vivre une passion qui me guide encore aujourd’hui.

 

Justement quelle est votre situation actuelle ?

J’ai deux magasins à Orléans. Je suis à mon compte depuis maintenant 6 ans au service de mes clients et avec ce renouvellement permanent de saison je ne vois pas le temps passer.

 

 

Vous êtes Meilleur Ouvrier de France. Pour quelle raison fait-on ce concours ?

J’ai été honorée du titre “Un des Meilleurs Ouvriers de France” en 2011. Une consécration pour tout mon entourage qui subit ma passion journellement, un aboutissement aussi parce que l’on a envie de se dépasser, de se prouver des choses à soi-même. Je pense que c’est une démarche assez égoïste en fait. On veut montrer à soi-même, et un peu aux autres aussi, qu’on est capable d’être la meilleure à l’instant T.

 

Il y a eu des rencontres importantes dans votre vie professionnelle ?

Il y en a eu pas mal et d’en parler m’émeut toujours. Ça commence à la Mouillère, mon lycée où je me suis formée avec Monsieur Boutin qui me donne l’amour du métier et l’amour des concours. Ensuite ça continue avec Monsieur Pothier à Paris, Monsieur Castagnier (?). Après des copains, une équipe chez Oasis, une équipe un peu plus large chez Léneur ( ?) depuis peu. Ce sont de belles rencontres car ce sont des gens de tout horizon et c’est toujours un plaisir.

 

Quels sont vos objectifs ?

Cette année je vais me recentrer sur mes deux magasins parce que ça me prend de plus en plus de temps. J’aime toujours aller à la rencontre des autres à travers les démonstrations, à travers les stages, à travers ma visite ici à Hortisud au Marché aux Fleurs d’Hyères. J’aime les échanges avec par exemple les producteurs qui viennent livrer leurs fleurs, les acheteurs… Nous avons un métier qui est riche et assez divers où l’on peut faire des rencontres de tous types de personnes. Aujourd’hui avec vous, demain avec d’autres personnes… c’est un métier qui m’a vraiment beaucoup apporté.

 

Si vous deviez choisir une fleur ?

Je ne peux pas choisir, je les aime toutes. J’aime les fleurs de saison alors en ce moment mon cœur va sur l’hanoi, c’est une renoncule que j’affectionne. C’est rond, plein de délicatesse, avec des couleurs tendres. En même temps, ça ne m’empêche pas d’aimer les pivoines, le muguet lorsqu’il est beau. Toutes les fleurs sont là pour qu’on les sublime et on essaye de le faire au mieux.

 

Quel est, à ce jour, votre meilleur souvenir ?

C’est difficile à dire car il y en a eu plusieurs. Quand on fait des concours, on a beaucoup de souvenirs. J’en ai gagné deux Les MOF (Meilleurs Ouvriers de France) et la Coupe Espoir. Quand on fait des préparations aussi parce que ce sont des moments de rigolade, d’échanges… Et, parce que ce n’est pas toujours facile, il nous arrive de douter.

Pour Hortisud, qui est label Fleur du Var, vous vous investissez ?

Oui et j’ai envie de dire « cocorico » car c’est chez nous, ce sont nos fleurs. Je trouve qu’on ne défend pas assez nos petits producteurs. Ce n’est pas facile pour eux car nous connaissons les charges qui leur incombent puisque nous avons les mêmes à notre mesure bien sûr. Il faut défendre nos fleurs, notre savoir et arrêter de regarder ce que les autres font. Nous avons de très belles choses chez nous et personnellement, je suis ravie de travailler la fleur française et j’ai plaisir à dire à mes clients : « votre bouquet est 100% français ».Et bientôt vous allez me retrouvez sur l’émissions bonjour les fleuriste sur le site de www.hortisud.fr

 

Un dernier mot ?

Merci pour l’accueil. Dommage que nous n’ayons pas eu de soleil mais très contente d’avoir fait cette visite chez Hortisud et d’avoir découvert l’envers du décor : les achats, le cadran… c’est très sympa.

 

Propos recueillis par M. B.