Accueil Articles [Articles] block 2 Freddy Foray – Faire renaître la légende

Freddy Foray – Faire renaître la légende

101

Cette année, parmi les très, très nombreux passionnés de sports mécaniques à se réjouir du retour du légendaire Bol d’Or au circuit Paul Ricard du Castellet, il y a des pilotes comme Freddy Foray, vainqueur des éditions 2009, 2010 et 2011. En pleine préparation sportive, il nous a fait le plaisir de nous accorder une interview.

Freddy Foray, pouvez-vous vous présenter ?
Je suis un homme ordinaire qui exerce un métier extraordinaire. Je suis pilote professionnel de moto d’endurance depuis 2009, membre de l’équipe officielle Honda depuis l’an dernier. J’ai 31 ans et, pour moi, c’est l’âge parfait pour cette discipline : on n’est plus tout jeune, mais encore très en forme pour tenir la distance et, surtout, on a engrangé de l’expérience. Ce métier, même s’il implique beaucoup de voyages, me laisse aussi du temps pour profiter de ma famille. Je peux dire que j’ai trouvé un équilibre personnel.

Vous êtes donc Provençal ?
D’adoption oui. Je suis tombé amoureux de la Provence il y a 7 ans. Je suis installé, avec ma femme et ma fille de 3 ans, près d’Aix-en-Provence et nous y sommes très heureux ! Au niveau préparation physique, je me régale à vélo en faisant le tour de la Sainte-Victoire. J’apprécie aussi de partir en mer, faire du paddle… Pour rien au monde je ne changerais de région !

Freddy Foray sur la Honda 111 - Limpact

Que représente pour vous le fait de découvrir le Bol d’Or au Castellet ?
J’en suis forcément très heureux ! Le circuit du Castellet est mythique et tous les pilotes rêvent d’y rouler ! En plus, j’habite à seulement 40 minutes. Tous les gens que j’aime seront là pour nous porter, ça va être génial ! Avec mes co-équipiers Sébastien Gimbert et Julien Da Costa, deux autres « gars du Sud », on a plus que hâte de s’aligner pour le départ avec la Honda 111, et prendre notre revanche sur 2014 : on était en tête et, 5 tours de l’arrivée, la moto a eu un problème…

Selon vous, qu’est-ce qui va changer ?
L’ambiance surtout ! On va retrouver les fans de motos, ceux qui nous suivaient à Magny-Cours et grâce à qui on est là, mais il y aura aussi des familles, des jeunes, des enfants… Sous le soleil de la Provence, ce sera une vraie fête de la moto.
Evidemment, je ne perds pas de vue la compétition. Le Bol d’Or est une course vraiment dure, on savoure d’autant plus la victoire !

Crédit photos : Double Red – Chippy Wood

Le 12 septembre, rencontre avec Freddy Foray à Cuges-les-pins
Parrain de Cuges-les-pins, ville partenaire du Bol d’Or, le double champion du monde sera présenté au public samedi 12 septembre en même temps que les animations qui se dérouleront dans la ville, les 18, 19 et 20 septembre.
Des animations autour de la sécurité routière seront également organisées sur l’esplanade Charles de Gaulle du Beausset, l’autre ville-étape partenaire du Bol d’Or. Un atelier sécurité routière et un simulateur deux-roues vous y attendent le samedi 19 septembre.

Freddy Foray, pilote professionnel de moto d'endurance, membre de l'équipe officielle Honda - Limpact

Le Bol d’Or, qu’est-ce que c’est ?
Né en 1922, le Bol d’Or est une course internationale moto de vingt-quatre heures. Elle s’est courue sur de nombreux circuits : Saint Germain, Fontainebleau, Monthléry et Le Mans, avant de s’installer au Castellet de 1978 à 1999, des années qui ont marqué l’histoire du Bol d’Or avec des courses légendaires où se sont affrontées les plus grandes marques (Honda, Kawasaki, Suzuki…). En 2000, le Bol d’Or déménage et s’installe pendant quinze ans à Magny-Cours, sur le célèbre circuit de Formule 1. Après d’importants travaux de réhabilitation, le circuit Pal Ricard renoue donc avec ses racines et clôturera, du 18 au 20 septembre, le Championnat du Monde FIM d’Endurance.
Détenteur du titre en 2004, Sébastien Gimbert témoigne : « En 1999, j’ai eu la chance de participer au dernier Bol d’Or avant son départ pour Magny-Cours. C’est donc avec beaucoup de plaisir que je vais retrouver MON circuit, celui de mes débuts, en compagnie de mes collègues de l’équipe officielle Honda ». Départ samedi 19 septembre à 15h, ne le ratez pas !

Bol d’Or mais aussi Bol d’Or Classic et Bol d’Argent
Le Bol d’Or Classic est une compétition réservée aux motos d’époques (Pré-classic de 1968 à 1978, Classic de 1979 à 1983 et Post-classic de 1983 à 1989) et disputée en deux manches de deux heures (vendredi soir et samedi matin). Le Bol d’Argent, c’est une course d’endurance de trois heures, ouverte aux amateurs. Elle se disputera le vendredi après-midi et réunira une soixantaine d’équipages de deux pilotes sur des roadsters de moyenne cylindrée. Avec ces trois compétitions, il y aura du spectacle pour tout le monde ! Sébastien Gimbert ajoute à ce sujet : « Que le Bol d’Or devienne un événement où les enfants vont venir nombreux est une excellente chose. Ça va dans le sens de la Race Experience School, une école de pilotage moto pour garçons et filles de 6 à 16 ans, que j’ai créé il y a 3 ans au Castellet, justement. L’objectif est de faciliter l’accès à ce sport, en fournissant motos de vitesse et équipements et, pour les plus doués, de détecter de futurs champions ! »

Une organisation à la hauteur de l’événement
Le public sera accueilli dans les meilleures conditions possibles sur trois aires distinctes : la concentration, limitée à 3500 places réservées uniquement aux motards, l’aire d’accueil de l’aéroport et celle de la pinède. En marge des compétitions, les spectateurs pourront apprécier de nombreuses expositions : musée éphémère, village classique, village moderne… La grande scène du Bol d’Or verra se succéder des concerts tout le week-end, en partenariat avec le magazine Rock & Folk. Enfin, dans une zone réservée aux sports moto, vous admirerez les prouesses des freestylers motocross et trial mais également des meilleurs stunters (voltigeurs) avec un concours du « Stunt d’Or » ouvert à tous, tout au long du week-end.
Plus d’infos : www.boldor.com

Revenez au circuit du Castellet le :
– 03/10 pour les Dix Mille Tours (voitures)
– 09/10 pour le Challenge Porsche Club Motorsport France (voitures)
– 24-25/10 pour la Finale GT Tour (voitures)
www.circuitpaulricard.com

Stéphane Clair, directeur du circuit Paul Ricard au Castellet - Limpact

« Créer un vrai festival de la moto »
Le retour du Bol d’Or au Castellet, tout le monde en rêvait, il l’a fait ! Il est l’un des principaux responsables de ce ré-emménagement dans le Var, après 15 ans de résidence dans la Nièvre. Rencontre souriante avec Stéphane Clair, directeur du circuit Paul Ricard.

Que signifie pour vous le retour du Bol d’Or dans le Var ?
Nous avons beaucoup travaillé dans ce sens et nous sommes ravis du retour de la compétition sur ce circuit mythique et dans ce site magnifique, sur sa terre naturelle. Quand j’en ai pris la direction, en 2011, c’était l’une de mes missions. Il faut maintenant que le public soit au rendez-vous, et nous savons déjà que ce sera un record de fréquentation?! Sur la piste, nous assurons la même qualité de spectacle qu’à Magny-Cours. Mais, au-delà du nouveau lieu, nous avons souhaité, avec les organisateurs de la course, susciter plus d’engouement de la part du public. C‘est pourquoi nous avons décidé de créer un nouveau Bol d’Or.

Un nouveau Bol d’Or… C’est-à-dire ?
Nous sommes partis du constat que les motards, ceux qui traversent la France pour l’occasion, avaient vieilli et qu’il fallait attirer la jeune génération. L’idée, à partir de cette 79e édition, est de la redéfinir complètement pour en faire un événement familial, un véritable festival de la moto avec une fête foraine, des spectacles, des expositions, des démonstrations de moto, des concerts… Pour que le grand public se passionne pour les sports mécaniques en général et pour la moto d’endurance en particulier.

Quelles incidences cela aura-t-il ?
Nous allons être en capacité d’accueillir un public beaucoup plus large, plus jeune et plus familial donc, qui prévoit de rester sur place pendant les trois jours de l’événement. Nombreux sont les gens qui, venus de la France entière, vont rester dans la région une semaine entière pour prolonger un peu les vacances d’été. Les incidences pour la vie locale et les retombées promettent d’être très importantes. Et pour le circuit, c’est un énorme coup de projecteur international, évidemment. On va parler du Var, on va parler de la Provence… et de la moto aussi bien sûr !

Sandrine Gauthier