Accueil Articles [Articles] block 2 Jean-Luc Decitre, président de l’UDSP 83. En février : apprenez les gestes...

Jean-Luc Decitre, président de l’UDSP 83. En février : apprenez les gestes qui sauvent

380

Jean-Luc Decitre est sapeur-pompier depuis trente-cinq ans. D’abord marin-pompier pendant dix-sept ans, il a été sapeur-pompier à Bandol, Sanary et Ollioules. Il est, depuis un an le Président de l’Union Départementale des Sapeurs Pompiers du Var, et c’est à ce titre que nous l’avons rencontré. Il nous en a donc expliqué l’organisation, les missions, ainsi que le rôle tout particulier qu’elle va jouer auprès du public, pendant tout le mois de février, en enseignant gratuitement au public les premiers gestes de secours.

Jean-Luc Decitre, qu’est-ce que l’UDSP 83 ?
Les pompiers ont besoin d’être représentés et de voir leurs intérêts défendus. Ne pouvant avoir d’organisation syndicale, c’est donc le rôle de l’Union Départementale des Sapeurs Pompiers du Var qui représente environ 4 000 sapeurs pompiers professionnels, volontaires, PAT (personnel administratif et technique), vétérans, JSP (jeunes sapeurs pompiers) ainsi que les 21 orphelins dont nous avons la charge jusqu’à leurs 25 ans. J’en suis membre depuis 10 ans. Il y a 4 ou 5 ans, j’en suis devenu vice-président et depuis un an j’ai l’honneur d’en être le président. L’UDSP 83 est administrée par 25 membres, tous bénévoles, élus par nos adhérents. J’ai tenu à ce qu’ils viennent des quatre coins du Var : nous devons représenter équitablement nos adhérents, que ce soit géographiquement ou statutairement. Ce qui nous manque aujourd’hui, pour être un panel parfaitement représentatif de nos effectifs, c’est une administratrice qui incarnerait le personnel féminin. J’espère que cela va s’arranger rapidement.
L’UDSP 83 est divisée en commissions : mission sociale, sports, orphelins, secourisme… Notre siège social se situe à Vidauban, dans la Maison du Sapeur Pompier, où trois secrétaires, salariées, officient.
Cette année, nous fêtons les 60 ans de l’Union. Cela fait donc 60 ans que des bénévoles consacrent leur temps et endossent des responsabilités au service de leurs confrères. Le rôle social de notre union est prépondérant et représente 51% de notre budget. Dans le contexte économique difficile que notre pays traverse, les pompiers ne sont pas épargnés et nous traitons de plus en plus de dossiers sociaux.
Dans chaque département, il y a une union. Ces unions sont chapeautées par une union régionale et, au plus haut niveau, par une fédération nationale. Je suis aussi administrateur de l’Union Régionale et ce sont ces fonctions qui m’amènent à me rendre à Paris dès demain (le vendredi 22 janvier, ndlr).

UDSP 83 initiation aux premiers secours - Limpact

Quel est l’objet de cette réunion ?
Lors de la tragédie des attentats de Paris, le 13 novembre, un constat a été fait : parmi les premiers civils arrivés sur les lieux du drame, certains connaissaient les premiers gestes nécessaires pour venir en aide aux blessés en attendant les secours et d’autres pas du tout. Suite à ces observations, des réunions se sont organisées qui ont amené Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, à vouloir mettre en place des actions pour pallier ce manque. Ainsi, pendant tout le mois de février, et dans toute la France, les citoyens de tous âges vont pouvoir s’initier gratuitement aux gestes qui sauvent. Concrètement, nos casernes seront ouvertes au public tous les samedis et dimanches matins du mois de février. Dans certains villages, c’est dans les salles communales que se rendront les moniteurs. Des modules de deux heures seront proposés permettant d’apprendre d’abord à appeler correctement le 18 et demander des secours, ensuite à faire un massage cardiaque, poser un défibrillateur, et enfin à faire un garrot. Cette dernière technique redevient malheureusement d’actualité lorsque des personnes sont blessées par des armes de guerre, comme ce fut le cas lors des attentats. Nos moniteurs remettront, à la fin de la formation, une attestation d’apprentissage des premiers gestes de secours aux participants. C’est une action qui implique énormément de monde, notamment des sapeurs pompiers en dehors de leurs heures de travail. L’éducation nationale a proposé de le faire en semaine avec des moniteurs agréés, et les associations de secourisme s’y consacreront sur les places de villages et autres. C’est une mobilisation générale. Dans le Var, nous avons d’ores et déjà calculé que nous allions faire plus de 300 formations qui vont mobiliser plus de 150 formateurs (UDSP 83 et SDIS 83 compris). Nous espérons que cela incitera les gens à passer le brevet de secourisme de base en s’adressant à l’UDSP 83 ou aux associations de secourisme. C’est une motivation supplémentaire pour nos moniteurs qui valorisent ainsi leur rôle. Nous souhaitons que cela crée un engouement dans nos rangs pour amener certains à passer le monitorat, qui n’est pas facile à obtenir, mais qui grossirait notre effectif de formateurs.

UDSP 83 apprentissage des premiers gestes de secours - Limpact

Les attentats ont-ils modifié vos pratiques en tant que pompiers ?
Plusieurs conséquences découlent effectivement de ces événements dramatiques. D’abord, nous allons enrichir la formation des pompiers en travaillant sur les réactions à avoir dans ce genre de situations. Nous étions déjà formés aux violences urbaines puisque maintenant nous nous faisons caillassés dans certains secteurs. Mais, devant de tels actes, nous sommes des hommes comme les autres et devons apprendre à gérer ce stress particulier. D’autre part, d’un point de vue matériel, dans nos ambulances, nous prévoyons dorénavant le nécessaire pour de multiples victimes là où nous disposions de matériel pour deux victimes uniquement.
Ces événements ont changé les mentalités de tous, celles des pompiers y compris. Il faut s’adapter.

Pour tout renseignement sur l’opération Les Gestes qui sauvent au mois de février :
Union Départementale des Sapeurs-Pompiers du Var
04.94.99.79.60

Propos recueillis par Karine Perrier