Accueil Articles [Articles] block 2 Michaël Gregorio, Un génie à mille voix

Michaël Gregorio, Un génie à mille voix

706

On ne compte plus le nombre de voix qu’il imite, son immense répertoire laisse bouche bé le public à chacun de ses passages à la télévision ou à la radio. Sur scène, cet explorateur vocal vous rendra perplexe face à son incommensurable talent. Michaël Gregorio est actuellement en tournée dans toute la France avec son spectacle « En ConcertS » et a pris le temps de nous glisser quelques mots.

Comédien, chanteur et imitateur, rien n’arrête Michaël Gregorio ! Johnny Halliday, Edith Piaf, U2 ou Muse, les voix des plus grands n’ont aucun secret pour lui. Son succès auprès du public, il le doit à son talent comme un don du ciel.
Génie de la voix repéré par Laurent Ruquier pour sa capacité à reprendre de nombreuses voix jamais imitées auparavant, très vite la machine Michaël Gregorio est lancée ! En représentation dans toute la France et toute l’année, il repousse une fois de plus les limites de l’imitation. Subtile et décalé, le spectacle « En ConcertS » vous assure des éclats de rires toute la soirée et bien plus encore.

Bonjour Michaël, comment vas-tu en ce début d’année ?
Tout va bien, j’ai terminé l’année en beauté, à Paris, au Trianon et maintenant l’heure est venue pour moi de me reposer un peu avant de repartir en tournée dans toute la France pendant un an. Alors voilà, j’en profite pour voir mes amis et faire toutes ces choses que je n’ai pas le temps de faire habituellement. Ca fait du bien !

Raconte nous comment tu t’es découvert ce talent d’imitateur ?
Adolescent j’ai découvert le théâtre et j’ai vraiment eu un déclic. J’aimais rentrer dans la peau du personnage que j’interprétais, ma passion est née au théâtre. J’ai tout de suite su que j’avais envie de faire de la scène mon métier. Très vite, je me suis rendu compte que je pouvais modifier ma voix et d’un autre côté j’étais fan de mes groupes de rock préférés Radiohead ou Nirvana comme de nombreux jeunes de mon âge à cette époque. Pour m’amuser, je chantais en imitant Thom Yorke et Curt Cobain, du coup j’ai travaillé ma voix de plus en plus pour réussir à faire ce que je fais aujourd’hui.

Qu’est-ce qui te stimule le plus dans ce métier ?
Ce qui me motive le plus c’est la scène, j’aime jouer un spectacle, composer des rôles, le métier de comédien et d’interprète est vraiment stimulant, le travail d’incarnation et l’exploration vocale le sont aussi. Il n’y a pas de doutes, je suis le plus heureux dès que je monte sur les planches.

Aujourd’hui combien de voix es-tu capable d’imiter ?
Vous savez je n’ai qu’une seule voix à mon actif, c’est juste que je la connais parfaitement bien et je peux donc m’amuser avec elle, en faire tout ce que je veux. Les gens pensent que j’ai un don et que je peux imiter n’importe quelle voix mais c’est faux, ce n’est finalement que ma voix que je travaille dans tous les sens pour obtenir des sons différents et me glisser dans la peau de quelqu’un d’autre.

Y-a t-il un niveau d’entraînement soutenu pour arriver a manipuler sa voix avec autant de facilité ?
Oui bien sûr, c’est énormément de travail. Je peux être dans le détournement, dans la parodie ou dans le solennelle. Pour cela, j’observe beaucoup et j’entraîne quotidiennement ma voix mais aussi ma gestuelle pour que le public reconnaisse du premier coup d’œil la personne que j’imite.

Comment choisis-tu les voix que tu vas reprendre sur scène ?
Parfois je choisi les voix en fonction de l’actualité mais souvent c’est par plaisir de retrouver des standards de la musique. J’aime faire revivre les personnes qui ont marqué l’histoire de la musique. Je ne fais pas que des artistes qui passent à 20h50 sur TF1. J’élargis beaucoup mon répertoire au fil des années. Il y a des imitations récurrentes, d’autres incontournables et d’autres encore qui surprennent le public qui vient me voir sur scène. Il y en a pour tous les âges, il est important pour moi de toucher un large public.

Dans ton spectacle « En ConcertS », quelles voix le public pourra découvrir justement ?
Sur scène le public pourra découvrir ou redécouvrir les voix de Muse, Indochine, U2, Dépêche Mode, Dave, Johnny Halliday, les Black Eyes Peas, Jacques Brel et bien d’autres encore… Même si mon spectacle est dans la continuité du précédent, j’ai renouvelé mon répertoire, j’ai souhaité faire de ce show un véritable concert et de l’imposer davantage. Je m’amuse avec les codes du concert et avec les clichés des différents styles de musique comme l’opéra, le rap, le rock ou encore la variété.

Y a-t-il des voix féminines ?
Il y a moins de femmes que d’hommes c’est sûr parce que j’ai quand même une voix masculine mais Edith Piaf, Mylène Farmer, Shakira ou bien Billie Holiday sont présentes sur ce spectacle et je compte bien agrandir ce répertoire.

As-tu des retours de la part des personnes que tu imites dans ton spectacle ?
Oui j’en ai déjà eu dans le cadre d’émissions de télévision ou de radio et ça se passe très bien. Je ne suis pas là pour rabaisser les artistes, je veux dire qu’on a le droit de se moquer, ce n’est jamais méchant. C’est un spectacle avant tout. J’imite toujours des personnes qui rencontrent du succès, après si vous leur demandez ce qu’ils pensent une fois que je suis parti, à ce moment-là je ne sais pas si le retour sera le même.

De nombreuses dates de ta tournée affichent déjà complet, la reconnaissance du public c’est ta plus belle victoire ?
J’ai énormément de chance ! J’ai reçu de belles critiques, le public est vraiment réceptif, leur retour est immédiat lorsque je suis sur scène. C’est extrêmement porteur d’arriver dans une salle et de savoir que la date est complète depuis plusieurs mois. Avec la conjoncture et la situation économique actuelle, mon équipe et moi-même sommes conscients de la chance que nous avons. La dernière fois, nous nous sommes posés et nous nous sommes dit « c’est vraiment dingue de remplir de grandes salles plusieurs soirs d’affilé ! »

Quelle voix n’oserais-tu jamais imiter ?
Personne ! Je suis prêt à relever tous les défis, je ne me mets pas de barrières. A part bien sûr si je n’ai pas la voix, le texte ou la bonne tonalité. A partir du moment où je me fais plaisir, tout roule.

Quels sont tes projets ?
Ma tournée s’arrêtera fin 2014 c’est donc l’ultime chance pour le public de venir me voir sur scène car après je ferais une pause plus ou moins longue. Pour la suite, j’ai différents projets, notamment du théâtre, et oui, je reviens à mes premiers amours !

Qu’est-ce que la rédaction peut te souhaiter pour la suite ?
Vous pouvez me souhaiter que la tournée se passe toujours merveilleusement bien et que tous mes projets se concrétisent. En tout cas je suis ravi de jouer dans des salles qui n’accueillent d’habitude que de grands artistes à voix. C’est un honneur pour moi.

 

Marine Astor