Accueil Articles [Articles] block 1 Sa voix pour les petits frères des Pauvres, Natasha Saint-Pier

Sa voix pour les petits frères des Pauvres, Natasha Saint-Pier

78

“Des sourires, des poignées de mains ou encore quelques minutes de notre temps”. Autant de dons qui aident nos aînés à rompre avec la solitude. C’est le message que veut propager Natasha St-Pier. La chanteuse a annoncé son engagement avec les petits frères des Pauvres. Mettre sa notoriété au service des personnes âgées. Elle a enregistré le single “Nous Sommes” qui affirme son soutien à l’association.

Natasha l’avoue, elle ne s’attendait pas à cela. “Naïvement, je pensais que les petits frères des Pauvres aidaient des gens dans la rue”, explique-t-elle. La chanteuse imaginait plus des maraudes que des visites d’EHPAD. Tour de chauffe cet été dans un établissement de Mimizan (40). Natasha évoque ces rencontres. Cet homme, seul depuis la mort de sa mère: “Il a dû apprendre à s’occuper de lui et de sa maison”. Le visage grave, elle évoque une dame, victime d’un AVC : “Elle se sentait prisonnière de son corps”. Natasha et les bénévoles ont rompu leur solitude le temps d’une visite.

“Avec un père au contact de jeunes délinquants et une mère aux côtés des personnes âgées, j’étais un peu le vilain petit canard qui vit dans les paillettes”, assure la canadienne. Elle a une mission. Redonner de la dignité à ces personnes. “Quand leur corps les lâche et que leur mémoire leur fait défaut, la société leur fait comprendre qu’elle n’a plus besoin d’eux. La seule chose qui leur reste, c’est leur dignité”, analyse la chanteuse. Déjà engagée aux Restos du Cœur, elle pense que cette action sera plus salutaire : “Il y a tellement d’artistes aux restos que ma présence apporte plus ou moins. Ici, j’ai l’impression de pouvoir faire une différence”. Au-delà de sa présence, elle met sa voix au service de l’association. “Moi ce que je sais faire c’est interpréter des chansons”, précise Natasha. Elle a donc enregistré le single “Nous Sommes”. Un titre choisi “parce que car nous sommes des millions à pouvoir leur offrir des poignées de mains des sourires ou encore 15 minutes de notre temps”.

Propos recueillis par Laura Berlioz
Photo : Stéphane de Bourgies