Accueil Articles [Articles] block 1 Souvenirs souvenirs, Laurent Gerra

Souvenirs souvenirs, Laurent Gerra

64

Bonjour Laurent, vous avez eu la chance de rencontrer et même de chanter avec Johnny ?
Oui, plusieurs fois, j’ai eu cette chance-là, je dirai même cette “trouille-là” parce que c’était le patron, il impressionne.

Je crois que vous avez une anecdote géniale à propos de la première fois que vous avez chanté avec lui ?
C’est sa femme Lætitia qui m’avait appelé pour me proposer de chanter avec lui pour la toute première fois au Parc de Sceaux. “Est-ce que tu veux chanter avec Johnny ?” ; je lui ai répondu, un peu en panique : “Eh bien, il faut que je réfléchisse quand même (rires), c’est quand même Johnny Hallyday”. Et puis, je le vois au journal télévisé qui annonce les potes avec lesquels il allait chanter. Il y avait Eddy (Mitchell)… Et là, il prononce mon nom. Gloups ! Je le retrouve le soir au restaurant : “T’as bien dit que je venais chanter avec toi ?” Il me répond : “oui, tu ne pourras pas faire marche arrière parce que là, sinon, t’auras l’air d’un con“.

Laurent Gerra et Johnny Hallyday - Limpact

Fabrice Luchini décrivait Johnny comme quelqu’un de très drôle…
Oui, et de très cultivé aussi. Après les spectacles, c’était quelqu’un de très drôle et il adorait chanter Brassens dont il connaissait les chansons par cœur ; il a même commencé sa carrière en chantant Brassens je crois. Il était également très cinéphile et curieux de tout. Au niveau culinaire aussi, il avait d’ailleurs un sacré coup de fourchette.

Comment parvient-on à imiter une star comme Johnny Hallyday ?
Sa voix a beaucoup évolué, elle s’est même bonifiée avec le temps. Je le fais en chantant certes, mais je l’imite aussi en parlant. Au début, j’avoue qu’il ne l’avait pas très bien pris mais on ne se connaissait pas. À partir du moment où nous nous sommes rencontrés, il a bien vu que je n’avais pas l’intention de nuire, ni à lui ni à sa carrière. Il était très bienveillant. Par exemple, quand il venait me voir à l’Olympia, il se mettait dans la loge sur le côté et pendant que je le “refaisais”, il me disait : “t’as pas fini de te foutre de ma gueule ?!!” Le public se retournait. (rires)

Tous les matins, retrouvez la chronique de Laurent Gerra sur RTL avec Yves Calvi.

Propos recueillis par Meddy Viardot
© Photos : Patrick Carpentier