Accueil Articles [Articles] block 2 Sylvia Bouchet Dirigeante de la société Cogen

Sylvia Bouchet Dirigeante de la société Cogen

839

Bonjour Sylvia, vous êtes l’heureuse patronne de la société Cogen.

Absolument, la propriétaire, la dirigeante, l’organisatrice de la société Cogen.

Votre société représente plus de 300 employés je pense.

A ce jour 350 employés.

Depuis combien d’années ?

Dans cette entreprise, j’ai démarré en 1982 en qualité de secrétaire puis attachée de direction, puis directrice générale et j’ai racheté la totalité de l’entreprise en 2004.

Donc les échelons les uns après les autres ?

Tout à fait.

C’est comme cela que l’on construit ?

Ce que l’on dit. On dit que ça se construit comme ça, petite pierre chaque jour. Je crois que la Cogen en est effectivement un bon exemple.

Sylvia Bouchet, heureuse dans la vie aujourd’hui ?

Très heureuse, mère, grand-mère puisque Manuel Bouchet mon fils, travaille avec moi en sa qualité de directeur commercial au sein de l’entreprise. Deux petits-enfants. Cette entreprise donc qui est une entreprise de nettoyage industriel, avec un adjoint extraordinaire, Daniel Tuccillo, un directeur d’exploitation qui est aussi président de l’association Alliance Majeure que tout le monde connaît quasiment dans le Var aujourd’hui. Et même au-delà du Var puisqu’Alliance Majeure c’est au-delà du Var.

On s’aperçoit dans cette entreprise que malgré une main de fer, il y a un coeur de velours.

Alors c’est peut-être l’apanage des femmes. La façon de manager d’une femme est certainement un tout petit peu différente au niveau de la sensibilité et au niveau de la relation avec les autres. Il est dit en général qu’une entreprise dirigée par une femme a un peu plus de coeur. Alors c’est peut-être une vision particulière des choses mais en tout cas les collaborateurs qui travaillent avec moi au quotidien, et j’en ai qui travaillent avec moi depuis plus de 30 ans puisque ça fait 35 ans que je suis dans ce métier, c’est ce qu’ils disent.

Donc le coeur nous amène à Alliance Majeure, nous amène à Limpact, et nous amène, comme vous n’avez pas assez de travail, à aujourd’hui présenter les petits-déjeuners de Limpact Alliance Majeure. C’est pour ça que le plateau a des fruits, des pains au chocolat, des yaourts. Une charge supplémentaire ?

Ce n’est pas une charge, c’est un plaisir, c’est une nouvelle dynamique parce que quand on est chef d’entreprise, on a une tendance à rester un peu le nez dans le guidon si je puis dire et, tout en se tenant au courant bien sûr de tout ce qu’il se passe économiquement autour de soi, il est bon aussi de se rapprocher de l’humain. Et Limpact avec ses petits-déjeuners c’est une grande aventure humaine qui redémarre parce Limpact tout le monde le connaît, c’est un magazine diffusé dans Toulon et le grand Toulon. C’est aujourd’hui un redémarrage et c’est un grand honneur qu’il m’est fait et que Limpact et Alliance Majeure me font de pouvoir présenter ces petits-déjeuners.

En quoi vont consister ces petits-déjeuners ?

Une fois par mois, sur un thème qui sera défini bien sûr à l’avance, en février par exemple c’était l’amour et la Saint-Valentin. Au mois de mars, d’ores et déjà, sans vouloir déflorer le sujet nous aurons des femmes chef d’entreprise installées posées et des femmes chef d’entreprise en devenir. Chaque mois il y aura un nouveau thème lors duquel des intervenants seront présents, nous parlerons de leurs activités et nous parlerons du thème en général.

Un dernier mot ?

Et bien écoutez, je nous souhaite à tous bien évidemment une très belle réussite dans nos entreprises et à Limpact Alliance Majeure en particulier un grand avenir dans la relation presse, la relation humaine, la relation réseaux sociaux… Et pour ce faire, nous allons y arriver tous ensemble.