Accueil Articles [Articles] block 2 Charles Aznavour – Il est facile d’être star, plus difficile d’être artiste

Charles Aznavour – Il est facile d’être star, plus difficile d’être artiste

76
Bien entendu, avec ce planning infernal, arriver à écrire des chansons devenait un exploit et pourtant, une rentrée sans chansons nouvelles n’était pas une rentrée !

« J’avoue que je dois me faire violence sinon je me laisserais aller à la facilité. Vu le nombre de chansons que j’ai écrites, je pourrais reprendre des anciennes, les remettre au goût du jour. Mais ce n’est pas mon genre. Ce que j’aime par contre, c’est en exhumer une ou deux quelque peu oubliées et les proposer de nouveau au public qui souvent les découvre. Et puis, j’ai envie de proposer deux volets à mon prochain tour : les vieilles chansons que le public réclame et qui sont incontournables et puis les récentes… Donc, je dois me mettre au travail ! »
Evidemment, avec tout ça, les autres artistes avaient beau lui demander des chansons, il n’avait plus le temps d’en écrire. A cette époque-là, il écrit deux chansons pour  Mireille Mathieu.
« C’est une excellente interprète et une grande professionnelle et c’est la seule vedette française qui puisse se targuer d’être vraiment internationale. Avec Dalida aussi, à qui j’ai fait quelques chansons.  Après, il y a celles qui me les piquent comme Liza Minnelli, Barbra Streisand, Mina… Beaucoup de femmes me chantent d’ailleurs, depuis Piaf et j’aime ça… »
Aujourd’hui, hommes et femmes le chantent et la liste serait longue s’il fallait énumérer toutes les stars internationales qui l’ont chanté. Il faut dire qu’Aznavour a tous les talents. Ayant commencé dans le métier à… 9 ans, voilà plus de 70 ans qu’il chante, qu’il écrit, compose, joue la comédie car il est aussi un comédien remarquable.

Charles Aznavour et Dalida

Des carrières comme les siennes sont exceptionnelles et s’il prend aujourd’hui un peu de recul, il ne baissera jamais les bras, il ne fera, comme il l’a chanté, jamais ses adieux. Il reste une vedette adulée qui voit passer les météores des tops et autres hits avec un sourire qui en dit long :« Il ne faut pas tout confondre dans ce métier. Il suffit de faire un tube ou de passer à la télé pour devenir une star. Mais pour combien de temps ? Et puis, vendre un disque à des millions d’exemplaires si le suivant se casse la gueule, ça sert à quoi ? Moi, je fais rarement des millions de ventes mais mes ventes sont régulières depuis des décennies et je remplis toujours les salles. C’est ça que j’appelle une véritable carrière.
Aujourd’hui je peux me permettre de me faire rare à la télé, de tourner un ou deux films et de revenir à la scène. Le public est toujours là.  Je crois que lorsque la chance vous met en lumière, il faut que derrière il y ait le travail, le talent, la ténacité. Sinon, tout est éphémère et la chute est dure car on ne peut pas abuser longtemps le public. Lorsque le succès vient avant d’avoir prouvé quoi que ce soit professionnellement, il est difficile de s’en sortir. Il faut avoir assez de talent pour trouver sa dimension. Il est facile d’être star, plus difficile d’être artiste ».