Accueil Articles [Articles] block 2 Dave – Portrait

Dave – Portrait

55

Après avoir été une idole des années 70, puis un artiste un peu oublié, il est revenu en force grâce à la télé comme présentateur et surtout grâce à son humour et son énergie qui font mouche à chaque fois. Du coup, il est redevenu un artiste “tendance” qui rechante, qui joue la comédie… et qui est la “guest star” de la huitième tournée “Age Tendre” où il soulève, deux fois par ville, des foules qui deviennent hystériques tant il y met du cœur.
Il est resté un garçon simple, abordable (ce qui, aujourd’hui, devient rare !), il est très lucide sur ce qu’est le métier et la célébrité et mène sa vie tambour battant, profitant de ce qu’elle lui donne.
C’est dans sa loge qu’il me reçoit, parfaitement décontracté.
“Dave, en ce moment on vous voit partout !
C’est ça le métier, il y a des périodes où c’est trop, d’autres où ce n’est pas assez. Mais depuis 1994 j’avoue que je n’ai pas à me plaindre de la tournure qu’a pris ma vie.
Tout à coup on m’a redécouvert, j’ai vendu 3.000.000 albums, on m’adore dans les talk-shows, on m’invite sur les plateaux, je présente des émissions, tout ça parce qu’on s’est rendu compte que j’ai la langue bien pendue… Et c’est reparti. Vous savez, c’est un métier d’injustice, de hasard, de chance ou de malchance. On vous veut, on ne vous veut plus… Faut suivre et être là au bon moment.

Dave sur scène

Et voilà que vous repiquez au cinéma !
Oh, repiquer est un bien grand mot. Ce que j’ai fait avant, ce sont plutôt des casseroles. Je me contentais de faire le chanteur qui passait dans un film.

Dans le film de Joël Franka “Une chanson pour ma mère”… vous jouez Dave !
Oui mais là, le sujet s’y prête puisque c’est une famille qui veut que je vienne chanter une chanson à leur mère mourante. Et même si je joue Dave, j’ai un vrai rôle de comédien à défendre. J’ai d’ailleurs été coaché et j’ai fait un vrai travail d’acteur. C’est une vraie fiction et j’ai plein de choses à y défendre car c’est un film à la fois rocambolesque, drôle et émouvant. C’est plein d’humour et de générosité.
En fait, c’est comme mon tour de chant : je fais le pitre, je chante des chansons pleines d’énergie, puis il y a des moments romantiques et il y a même le moment d’émotion lorsque je chante “La décision”.

Avez-vous abordé ce tournage avec le trac ?
Pas le moins du monde ! C’est certainement l’inconscience du débutant ! J’y suis allé curieux, excité, comme un enfant qui, dans sa naïveté, joue tout naturellement aux cow-boys et aux Indiens ! J’étais dans une totale insouciance… J’ai retrouvé ce plaisir, cette spontanéité d’enfant d’aller jouer avec des copains. Peut-être aurai-je plus peur la prochaine fois !

 

Car il y aura une prochaine fois ?
Pourquoi pas ? Mais ça ne dépend pas de moi mais de l’imagination, du désir d’un producteur, d’un réalisateur… Les auront-ils ? Et puis, je sais que je n’ai pas d’expérience mais je ne sais pas si j’ai du talent en tant qu’acteur. L’avenir me le dira. De toutes façons, la chanson restera toujours mon plus grand bonheur et je chanterai jusqu’à la fin de ma vie !

Comment avez-vous été accueilli, vous le chanteur, parmi les comédiens ?
Toute l’équipe, Sylvie Testud en tête, m’a accueilli les bras ouverts. Je n’ai senti aucune réticence, je suis arrivé et chacun m’a considéré comme un acteur qui faisait partie du film.

Dave dans le film de Joël Franka "Une chanson pour ma mère"

En tant que “guest” de la tournée “Age Tendre”, qu’est-ce qui vous a décidé ?
Michèle Torr. J’avoue que j’avais peur d’être frustré de ne pas faire un tour normal. Mais elle m’a convaincu que j’y serais heureux… Ce qui est le cas. Finalement, en deux passages par jour, je donne tout ce que j’ai et le soir je suis crevé, heureux… et je dors bien ! Il y a un échange énorme avec le public et une ambiance de partage avec les autres artistes qui ont tous des styles différents. Et je n’ai pas honte d’être avec eux !

Vous avez aussi trois livres à votre actif. Là encore, succès !
Mais oui, que voulez-vous que je vous dise ? Là encore, je ne me considère pas comme un écrivain. Je suis un grand lecteur, depuis mon enfance j’ai le goût des histoires, la curiosité des mots, de leur étymologie… Je suis plus lecteur que cinéphile. Mais là encore, ai-je du talent en tant que “chanteur qui écrit” ?

Comment est venu le fait que vous écriviez ?
Ça m’est venu alors que j’étais à l’hôpital pour un pontage. Je savais que durant trois quarts d’heure, je serais mort… puisque mon cœur cesserait de battre durant l’opération. Pas envie de lire ni de regarder la télé et tout à coup je me suis dit : tiens, ce serait un bon début de livre…   Et je m’y suis mis pendant ma convalescence.

Y aura-t-il une quatrième récidive ?
Si j’ai encore des choses à dire… A moins que ce que je n’ai pas écrit ne soit pas racontable !

Vous avez aussi le goût pour la musique classique. Vous lui avez d’ailleurs consacré un disque.
Oui, j’ai eu très tôt le goût pour cette musique. Ma mère était danseuse et en écoutait beaucoup. J’ai fait pareil. J’ai même pris des cours d’art lyrique. D’ailleurs lorsqu’en voiture je suis seul… ou mal accompagné, je n’écoute que de la musique classique.

Vous ne le cachez pas, vous allez avoir 70 ans…  Allez-vous les fêter ?
Et comment ! D’ailleurs je m’offre l’Olympia le 4 mai 2014. Entre temps, il y aura un nouveau disque. Je cogite car je ne sais pas encore dans quelle direction je vais aller ? Jazzy, bluesy ? piano-voix ?… En tout cas, je ne chercherai pas à faire un tube… A 70 ans, ce serait pathétique !

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos Christian Servandier

Dave sur la tournée Age Tendre