Accueil Articles [Articles] block 2 Flic ou Voyou ?

Flic ou Voyou ?

90

Il y a des flics, il y a des voyous.
Il y en a qui sont les deux et des stars comme Belmondo, Delon, Ventura ont su très bien passer de l’un à l’autre.
Avec le succès des polars, nombre de livres racontent des histoires, vraies, ou tirées d’une histoire vraie ou encore totalement inventées.
Et aujourd’hui, entre romans et témoignages, de nombreux flics et de nombreux voyous se sont aussi mis à écrire, souvent des histoires vécues ou romancées.  Avec plus ou moins de bonheur.
Voici deux belles rencontres faites encore à la Fête du Livre de Toulon. Deux Toulonnais.

Le premier est officier de police à Marseille :  Jean-Claude Guégan et depuis dix ans, il nous offre des polars superbes, ayant souvent pour support des affaires vécues. Le voici avec son sixième roman paru aux Presses du Midi : “Nostradamus”, premier d’une série de trois tomes, le premier s’intitulant “L’immortalité”, polar-science-fiction-ésotérisme très prenant.
Et comme Agatha Christie a créé Hercule Poirot, lui il a créé Benjamin Leconte, qu’on retrouve dans chacun de ses livres.
“Il est évident que ce personnage est un peu mon double et que la base de mes livres est toujours posée sur une enquête que j’ai vécue ou sur laquelle j’ai travaillé. Mais après, bien sûr, j’y ajoute des ingrédients et surtout j’y insère un phénomène de société différent à chaque fois, comme la vengeance, la folie meurtrière. Cette fois j’ai choisi la spiritualité. Je m’essaye à un nouveau genre pour varier le plaisir d’écrire. Car c’est devenu un réel plaisir. En fait, j’ai deux passions : mon métier de policier et mon métier d’écrivain. C’est quelquefois un peu compliqué à gérer, quelque peu fatigant car il faut faire la part des deux, passer d’un à l’autre et finalement… dormir très peu car peu d’auteurs vivent de leur plume !”

Jean-Claude Kella

Le second est un peu plus sulfureux car ce Toulonnais nommé Jean-Claude Kella a trempé dans la French Connection, a fait de longues années de prison puis a découvert l’écriture.  Après avoir raconté sa vie de voyou avec son premier livre : “L’affranchi” voici qu’il nous propose aux éditions Don Quichotte “Hold-up”, l’histoire du casse de la Banque de France de Toulon qui s’est déroulé en décembre 92. Non, il n’a pas trempé dans l’affaire mais, par un curieux hasard, il a eu l’occasion de rencontrer le cerveau du casse, Manu et Marc, le pauvre vigile de la banque pris comme otage.
“Tous les deux m’ont fait confiance pour que je raconte leur histoire. Je les ai donc rencontrés à tour de rôle, montrant à chacun ce que l’autre me disait, pour bien confirmer les événements. Après ça, j’ai monté mon histoire, la dialoguant et en faisant raconter à chacun son vécu, son ressenti, au fur et à mesure du déroulement du casse. Ils ne se sont jamais rencontrés mais ne seraient pas contre pour le faire !
Je dois dire que cette aventure a détruit la vie de Marc mais, curieusement, il a plus souffert de la façon dont l’a traité la Banque que les truands.”
Aujourd’hui, Jean-Claude, assagi et pris de passion pour l’écriture est déjà sur un troisième roman :
“Ce sera une fiction où mon nom ne paraît pas mais qui est à 80% du vécu… L’histoire se passera au Mexique, en Italie, en Colombie…”
Et ce qui le rend heureux c’est que le réalisateur Bibi Naceri va réaliser un film sur “Hold-up”.
Une belle reconversion !
Ah, encore un mot : il se trouve que notre ami Jean-Claude Guégan a participé à l’enquête sur le versant marseillais… Drôle de coïncidence !

Jacques Brachet