Accueil Articles [Articles] block 2 Franck Dubosc, A l’état sauvage

Franck Dubosc, A l’état sauvage

140

Plus nature que nature, Franck Dubosc revient sur scène après trois ans d’absence et un public qui commençait à s’impatienter, avec son nouveau spectacle « A l’état sauvage ». Métamorphosé, il n’a plus peur se dévoiler, il s’amuse, il ose tout ou presque et crée l’événement. Les emmerdes, les amours et même la paternité, tout y passe et ce n’est pas pour nous déplaire, bien au contraire…

Franck Dubosc revient sur scène « À l’état sauvage ?», un quatrième spectacle qui l’affiche sous un nouveau jour et sous un nouveau costume, à la Robinson Crusoé !
Véritable révélation, il avait conquit le cœur du public français dès son premier one man show «?J’vous ai pas raconté », puis avec « Romantique », « Il était une fois… Franck Dubosc » et des tournées triomphantes dans toute la France.
Très vite le cinéma va lui ouvrir ses portes et là encore c’est un succès ! On n’oublie pas le célèbre Patrick dans Camping qui attirera plus de 7 millions de spectateurs dans les salles en 2006 et toutes les nombreuses comédies dans lesquels ils nous a fait rires aux éclats : Disco, Incognito, Bienvenue à bord, Boule et Bill et plus récemment Fiston.
Après trois années d’absence, un mariage et deux enfants, Franck Dubosc est de retour, bien dans ses baskets, prêt pour de nouvelles aventures, jamais loin de son public. Il sera sur les routes tout au long de l’année et passera par Toulon le 28 mars pour présenter « À l’état sauvage » dans un costume surprenant et une mise en scène très travaillée, histoire de nous faire rêver le temps d’une soirée.

Franck Dubosc

Comment est venue l’idée de ce spectacle « à l’état sauvage » ?
D’abord j’avais très envie de remonter sur scène, ça manque vous savez ! Ensuite, j’avais envie de dire plein de choses, de parler de nous et moins de moi. J’ai commencé à écrire pendant les présidentielles où je me suis rendu compte que les gens se plaignaient tout le temps. L’idée de ce spectacle est partie de là et du point commun à tous les
français qui est que tout nous emmerde !

Quel est le fil conducteur de ce one man show ?
J’aime avoir une trame avec une introduction, plusieurs parties et une conclusion. Je commence mon spectacle par dire « tout m’emmerde », je me suis dis que pour pousser l’idée à l’extrême j’allais partir et j’ai donc décidé que mon personnage irait se réfugier sur une île pour revenir à l’état sauvage. Une fois là bas, je me rends compte que tout me manque évidemment, surtout mon coiffeur (rires)?! Alors je décide de rentrer car notre vie n’est pas si mal foutue finalement.

Est-ce une caricature de la société et une manière de montrer que nous sommes tous un peu sauvage aujourd’hui ?
C’est une caricature de moi-même surtout… Je suis un vrai pessimiste, je me moque de ma façon d’être finalement. Je voulais avant tout montrer aux gens à quel point nous sommes négatifs et jamais contents. Soyons un peu plus heureux de vivre, arrêtons de nous plaindre ! Jamais je n’aurais envie de fuir, l’idée de ce retour à l’état sauvage est simplement un prétexte.

Est-ce que le personnage que vous interprétez sur scène vous ressemble dans la vie de tous les jours ?
Oui, tout ce que je raconte, ma façon de parler c’est moi, je ne dis pas tout ce que je pense quand même mais j’en dis pas mal. Dans ce spectacle, je parle de nous tous, contrairement aux précédents où je me racontais dans mon petit monde.
Je pense que le personnage que j’interprète nous ressemble tous un peu dans sa manière de se comporter.

Vous aviez envie de rompre avec l’image de séducteur et de proposer autre chose au public ?
Je commençais à tourner en rond avec ce personnage de séducteur qui parle des femmes à longueur de journée. J’ai tout dit je pense, alors oui j’avais envie d’aller vers un autre thème, de ne plus être au centre du spectacle et de proposer quelque chose qui parle à tout le monde, quelque chose où tout le monde se reconnaît.

Ce n’est pas trop difficile de prendre du recul et de se renouveler ?
Ce qui est difficile ce n’est pas de le faire en soi c’est de se demander si le public va l’accepter et va nous suivre. Le spectacle est différent de tout ce que j’ai pu faire auparavant, mais c’est un choix, j’ose beaucoup plus de choses maintenant.

Vous n’avez pas eu peur de le déboussoler ?
Il y a toujours un petit moment de doute, je suis de nature stressé. On m’a dit que c’était le spectacle préféré des gens donc apparemment ça plait. Au début ce n’était pas mon préféré mais plus je le joue et plus je me rends compte que c’est celui qui me correspond le mieux. C’est en tout cas le plus sincère, je ne fausse pas avec ce spectacle je suis moi.

En terme de costume, vous n’avez pas fait les choses à moitié. Est-ce une manière détournée de vous dévoiler au public ?
On cherchait l’affiche du spectacle, on a fait tout un tas de photos style beau gosse mais ça ne me plaisait pas forcément. Toutes les photos me montraient encore plus que j’avais vieilli. Et puis on avait fait ces photos avec ce costume pour la presse, j’ai eu envie de déconner jusqu’au bout, de ne pas me prendre au sérieux. Ce costume dénudé c’est bizarrement une manière de me cacher et de ne pas me retrouver face à moi-même.

Entre le précédent spectacle et le nouveau il s’est passé trois ans et vous êtes devenu père de deux enfants. Est-ce que vous abordez la vie différemment aujourd’hui ?
Oui et non, je suis toujours le même mais je me lève beaucoup plus tôt aujourd’hui (rires) ! Je suis moins centré sur moi-même, je n’ai plus le temps d’être égoïste en fait ! Sauf quand je pars en tournée, je suis seul, c’est mon petit moment à moi, là où je me retrouve.

Quels sont vos projets après cette tournée ?
Je vais tourner des films, j’ai pleins de projets mais je ne peux rien dire pour le moment. Je vais m’occuper de mes enfants surtout, ca change une vie les enfants c’est fou, j’ai envie de faire plein de choses avec eux.

Un petit mot pour nos lecteurs qui vous attendent à Toulon le 28 mars prochain ?
Je fais souvent mes premières dates à Hyères alors j’espère que ceux qui m’ont déjà vu viendront aussi à Toulon. J’adore le Var, j’y vais régulièrement, cette semaine de tournée où je joue dans le sud c’est ma préférée ! Gardez moi du soleil, j’arrive !

Propos recueillis par Marine Astor
Crédit photo : Carole Bellaiche