Accueil Articles [Articles] block 2 François Trucy – Boris Touaty

François Trucy – Boris Touaty

724

Boris Touaty fait partie d’une grande famille qui fut célèbre en son temps : les Maurice, des fameux Cafés Maurice (“Un vrai délice” !) toulonnais…
Et il en a d’ailleurs écrit l’histoire.
François Trucy fait partie d’une grande famille d’avoués et de notaires vaquant entre Barjols, Brignoles et Toulon. François, lui, doit sa célébrité pour avoir été maire de Toulon de 1985 à 1995. Il est aujourd’hui toujours sénateur du Var.
Boris a un jour découvert un livre de George Sand “Le voyage dit du Midi” où la romancière raconte sa villégiature à Tamaris où elle vient passer trois mois, en 1861, afin de se remettre d’une infection pulmonaire. Elle y restera trois mois mais tiendra au jour le jour un carnet où elle note sa vie, ses impressions. Elle en fait un livre, sorte de chronique provençale, Ce livre a disparu de la circulation. Boris décide alors de le rééditer et crée pour cela une association : “Livres en Seyne”. Le succès aidant, il décide alors de faire de même avec le roman qu’elle écrit en 1862, tout simplement intitulé “Tamaris”. On y retrouve des gens de la région dont un certain Bienvenu Trucy, avoué à Toulon, onzième du nom qui lui loua alors sa villa de Tamaris lors de sa venue. Des liens amicaux se tissent puis se défont après le départ de l’artiste et de son fils.
Cette villa s’appelait d’ailleurs la villa Trucy avant de devenir la villa Tamaris et actuellement les Jardins de George Sand.
C’est Charles Poncy, ami du fils de George Sand – qui, encore une coïncidence, se prénomme Maurice ! – qui leur trouve cette villa où Bienvenu Trucy vient de temps en temps avec un moyen de transport original : une pirogue qu’on lui a offerte et qui baigne dans la darse de Toulon !
“Dans le premier ouvrage – nous raconte François Trucy – George Sand, hyper parisienne et un tantinet snob, raconte ses rapports amicaux avec mon aïeul qu’elle trouve “Pas trop vulgaire et sa femme très jolie et très aimable”… Mais si George tombe amoureuse de Tamaris, ce n’est pas le cas pour les villes environnantes qu’elles trouve laides et puantes. Bienvenu lui fera quand même découvrir l’Opéra de Toulon qui trouvera grâce à ses yeux. Il lui offrira également un âne et un chien”
Grâce à la famille Maurice, amie de la famille Trucy, Boris, découvrant ces accointances, demande alors à François d’écrire la préface de “Tamaris”. Il faut dire que les hasards et les coïncidences ne s’arrêtent pas là puisque si Jean-Claude Maurice a partagé ses bancs d’école à Toulon avec François Trucy, Françoise, l’épouse de François, a partagé les siens à Marseille avec Colette, la grand-mère de Boris !
Il était donc écrit qu’ils se rencontrent un jour.
Aujourd’hui, “Tamaris” vient de sortir* et déjà Boris est sur d’autres projets… dont un peut-être avec François car entre eux est née une belle amitié. François qui, lui, vient d’écrire un roman à compte d’auteur, “Pièges”, qui raconte un pan d’Histoire auquel est mêlé un certain Victor Trucy dans les années 1790 du temps de Barras, du côté de Barjols… Mais ça, c’est une autre histoire et rendez-vous est déjà pris avec l’ami François, pour nous en parler plus longuement… car c’est un conteur magnifique, passionné et volubile !

Jacques Brachet

*Pour commander le livre :
07 85 53 60 68 – 06 70 47 34 33
livresenseyne@gmail.com