Accueil Articles [Articles] block 2 Jean-Michel Faretra, “Hair designer” passionné

Jean-Michel Faretra, “Hair designer” passionné

346

Considéré comme l’un des meilleurs coiffeurs de sa génération, Jean-Michel Faretra a su se faire un nom dans la profession en créant son propre style aux multiples influences. Initiateur de la coupe sur cheveux secs et passionné par son métier, cet habitué des défilés haute couture et autres shows en France et dans le monde nous transporte dans son univers.

Pile à l’heure ! Jean-Michel Faretra arrive dans le hall de l’Hôtel Métropole de Monte Carlo accompagné de Morgane Hilgers, son binôme, maquilleuse professionnelle. Les attitudes de stars, ce n’est pas pour lui. Reconnu par tous les professionnels de la coiffure et de la beauté, il a toujours gardé les pieds sur terre et la tête sur les épaules. Diplômé de l’Ecole de Coiffure de Los Angeles, Ambassadeur pour la marque Wella, formateur et à la tête d’un salon parisien ou encore chroniqueur télé, Jean-Michel Faretra ne lâche jamais rien !

Jean-Michel Faretra coiffeur et sa complice Morgane Hilgers maquilleuse

Que faites-vous à Monaco aujourd’hui ?
Je vais coiffer un groupe de femmes saoudiennes pour un mariage qui se déroule à Monaco. C’est un exercice compliqué car elles savent parfaitement ce qu’elles veulent. Il faut donc savoir s’adapter. Je me suis rendu compte que sur ce type d’événement il fallait aller à l’essentiel. C’est une réelle découverte pour moi car je suis très précis dans mon travail et j’aime prendre mon temps. Il faut également travailler en fonction de leurs coutumes et leurs critères de beauté. Sur cet événement, je travaille avec Morgane. Notre duo fonctionne vraiment bien ! La coiffure ne va pas sans le maquillage et inversement. C’est pourquoi nous nous complétons beaucoup.

Comment définissez-vous votre style ?
Mon idée est de travailler sur le long terme. Je veux que mes clients puissent se coiffer seuls ensuite sans difficultés. Ma valeur ajoutée est de faire en sorte que le mouvement se replace facilement une fois les cheveux lavés. C’est ce qui fait la force de mon salon parisien et ma notoriété. Je travaille beaucoup avec les professionnels. Mes clients ne sont pas que des vip, ce sont aussi des coiffeurs. J’aime beaucoup partager mon savoir-faire, comprendre les difficultés que rencontrent chacun  et améliorer les services proposés.

D’où vous vient cette technique de la coupe sur cheveux secs ?
Pourquoi couper sur cheveux mouillés ? Voilà la question que je me suis posée. Simplement parce qu’en France nous avons été formatés ainsi. Sur cheveux secs on ressent les choses différemment. Je me suis inspiré des techniques de nombreux pays pour pouvoir définir ma propre manière de travailler. Je commence par imaginer un dessin et un volume de coupe, puis je construis au fur et à mesure le mouvement. Je fais toutes mes coupes dans le sens naturel de l’implantation. Aujourd’hui c’est devenu un automatisme.

Vous avez relevé de nombreux défis tout au long de votre carrière, vous aimez les nouveaux challenges ?
J’adore ça ! Quand Morgane m’a proposé ce nouveau défi j’ai sauté sur l’occasion. Je fais de la télé aussi, je suis chroniqueur people pour l’émission « L’after work » sur la chaîne « AIR, l’autre télé?». Hier l’animateur principal était en déplacement et m’a demandé de le remplacer. C’était un nouveau challenge pour moi ! J’étais stressé au début mais finalement tout s’est bien passé et j’étais plutôt content de moi. C’est un métier qui me plaît et que j’aimerais faire même si je reste passionné par le mien.

Justement, comment voyez-vous votre avenir professionnel ?
J’aimerais créer ma marque, avoir des salons sous mon enseigne, créer une équipe artistique, donner des conseils en matière de design et surtout faire partager mon savoir. Je veux rester dans l’univers de la mode futuriste. J’aimerais faire évoluer mon métier, être novateur.

Si vous deviez résumer votre parcours en un mot, quel serait-il ?
Le défi ! Vous savez c’est comme lorsque l’on vous dit de ne pas appuyer sur un bouton. Votre seule envie est de le faire. Pour ma part, je vais d’abord essayer de comprendre les enjeux, ensuite je canalise les dangers et puis je fonce !

Propos recueillis par Marine Astor

Une création spéctaculaire parmis de nombreuses autres