Accueil Articles [Articles] block 2 Jeff Panacloc – Incontrôlable

Jeff Panacloc – Incontrôlable

92

Un humour corrosif, une marionnette déjantée, un spectacle qui attire chaque soir un public un peu plus nombreux et un succès assuré pour le ventriloque Jeff Panacloc. Dans son spectacle « Jeff Panacloc perd le contrôle », il crée l’événement avec Jean-Marc, son compagnon de route, son double, nous fait rire et parfois même pleurer, toujours là où on ne l’attend pas.

Jeff Panacloc et Jean-Marc font parler d’eux ! Adeptes du politiquement incorrect, les deux inséparables sont sur scène comme à la maison.
Débordants d’énergie, ils proposent au public un spectacle où performances vocales et humour mordant ne font qu’un. Aujourd’hui, c’est la consécration !

Jeff Panacloc et Jean-Marc - Limpact

Comment avez-vous découvert la ventriloquie?
J’ai commencé à m’intéresser à la ventriloquie à 15 ans lorsque j’ai vu la performance de David Michel un ventriloque dans un cabaret parisien. J’ai essayé de l’imiter, j’ai ensuite créé mon personnage et rapidement je me suis découvert des capacités à jouer avec mes cordes vocales, je me suis entraîné seul dans ma chambre jusqu’à ce que je dise à mes parents que je voulais en faire mon métier.

Comment est né le personnage de Jean-Marc ?
Je cherchais un personnage insouciant qui pouvait tout dire, séducteur, satirique, narcissique, une sorte d’adolescent avec son caractère bien trempé et sa dégaine. Je suis tombé sous le charme de cette petite boule de poils, le singe se rapproche le plus de l’homme et moi je me suis tout de suite attaché à lui. Aujourd’hui, Jean-Marc, son humour et moi ne faisons qu’un.

La ventriloquie sans l’humour, ça n’a pas d’intérêt ?
Pour moi, la ventriloquie ne va pas sans l’humour, je pense que ce que le public retient ce sont les petits sketches que je peaufine en fonction de l’actualité, de la vie de tous les jours. Cet humour un peu trash et borderline est ma marque de fabrique, ma valeur ajoutée.

Jean-Marc te permet-il de dire des choses que tu n’aurais jamais osé dire avant ?
Oui bien sûr mais je ne cautionne pas tout ce que dit Jean-Marc, il y a ce que je pense et ce que je dis et il y a ce que pense Jean-Marc et ce qu’il dit, sans détour.

Finalement, tu es le gentil et Jean-Marc le méchant ?
Exactement, Jean-Marc est mon double satirique !

A quand une prochaine marionnette pour t’accompagner ?
Très bientôt, nous y travaillons… J’avais déjà fait intervenir un autre personnage, Momo, sur la scène du Marrakech du Rire aux côtés de Jamel Debbouze, alors pourquoi ne pas le faire revenir.

Quelle est ta plus grande réussite aujourd’hui ?
Tout ce qui se passe actuellement pour moi est dingue, le public est fou devant cette marionnette, je suis heureux d’avoir un peu changé les a priori sur la ventriloquie. Il y a une grande communauté de ventriloques qui me soutient et me remercie d’avoir remis au goût du jour cet art.

Propos recueillis par Marine Astor
Crédit photo : Ingrid Mareski