Accueil Articles [Articles] block 2 Myl-n So, l’Oméga Live lui donne le LA

Myl-n So, l’Oméga Live lui donne le LA

76

Depuis toute petite, Mylène Soriano ne vit que pour sa passion : la musique. Toujours entourée de ses musiciens, elle commence à composer ses propres chansons. La jeune femme fait ses preuves, trois victoires au « Tremplin Music Talent » en sont l’exemple. Qu’elle soit dans la cour des anges ou dans sa bulle, ses titres font d’elle l’invitée de plusieurs radios. Ajoutez à cela les premières parties de Pascal Obispo ou encore Matt Pokora, des passages au Don Camillo de Paris et la voilà parée pour affronter la scène de l’Oméga Live le 18 décembre prochain.

Myl-n So nous confie son état d’esprit avant le jour J :

Que représente ce passage à l’Oméga Live pour vous ?
C’est avant tout un challenge. Déjà, c’est une très belle salle. Quand j’ai pris rendez-vous avec la responsable, elle a été séduite par mon projet. Les jeunes courageux qui osent se lancer sont appréciés. On profite de cette soirée pour enregistrer le live. De plus, les trente premières minutes du concert seront diffusées en simultané sur Top FM.

Va-t-on vous retrouver uniquement en tant qu’auteur et interprète ?
Pas seulement, j’ai obtenu les droits chez Universal pour pouvoir chanter « donne-moi le temps » de Jenifer en anglais. Cette soirée est également l’occasion de promouvoir votre nouvel album « Paradise-moi » ?  Beaucoup de chansons de l’album sont réarrangées pour la scène. D’ailleurs nous voulons en poser un exemplaire sur chaque siège. Un cadeau pour les spectateurs. Il sort en digital au mois d’octobre mais pour le live, il faut attendre décembre/janvier. L’enregistrement s’est fait chez ami guitariste à Cuers et je l’ai produit.

Y a-t-il un titre qu’il vous tient à cœur d’interpréter ?
S’il y a un choix à faire, justement, ce serait « Paradise-moi » même si les chansons sont pratiquement toutes autobiographiques. C’est l’amour qui nous inspire le plus.

Ce sont vos compositions mais vous allez vous produire avec vos musiciens, est-ce important de partager cette aventure avec eux personnellement ?
J’ai toujours fait partie de groupes, partager la scène avec mes musiciens est donc une évidence. Je ne supporte pas de chanter sur des bandes tout simplement. Et puis pour moi, c’est l’humain qui prime.

Vous avez auparavant effectué des premières parties, est-ce cela qui vous a donné le goût de la scène ?
Je l’ai depuis bien plus longtemps mais ce sont de merveilleux souvenirs. Mon passage avant Pascal Obispo représente un moment très fort. Il m’a choisie après l’écoute du tourneur ce qui rend l’évènement encore plus grand.

Myl-n So - Limpact

Si vous deviez choisir une première partie et inversement si vous deviez vous produire en tant que telle qui seraient les heureux(ses) élu(es) ?
Je peux déjà vous dire qui j’ai choisi à Toulon. Il s’agit de Kris Carter, un ami, il m’a lui-même invitée pour un duo lorsqu’il passait avant Julie Zenatti et cela m’a beaucoup touchée. Faire des projets là-dessus, c’est avoir la grosse tête. Cette place donne de la visibilité à l’artiste. Je ne peux pas prétendre donner leur chance à des professionnels déjà reconnus. Par contre, à choisir, je passerai volontiers avant Adèle ou Yodelice pour le côté français.
Etant déjà passée au Don Camillo à Paris, appréhendez-vous différemment la scène toulonnaise ?
On parle d’un concert guitare/voix/acoustique. J’ai gagné le droit de me produire là-bas grâce au CGTV de Limoges. Le public parisien diffère. Les gens sont plus venus là pour le cabaret, s’il y a dix cars d’Allemands c’est moins évident. A Toulon ils seront plus faciles à captiver. J’ai beaucoup fait de scènes ici, j’espère que le public verra mes progrès. Pour ce qui est de la préparation, les répétitions se font en octobre en résidence. Je fais un bloc une fois puis de temps en temps avant le spectacle. L’équipe connaît les chansons, c’est l’avantage.

A l’heure du développement du web et des clips en ligne c’est donc par la scène que vous pensez le plus toucher votre public ?
Evidemment. En live, on est plus proche et on ressent plus d’émotions. J’ai eu un gros souci avec internet, mes chansons étaient sur une plateforme et je n’ai jamais touché l’argent misé par le public. Un procès est en cours. Malgré cela, je m’en sers pour communiquer avec mes fans ce qui est essentiel.

La billetterie n’est en place que depuis le 15 septembre, avant vous n’étiez pas annoncée sur la programmation de l’Oméga Live. Ne craignez-vous pas que cela joue sur le nombre de spectateurs ?
C’était prévu comme ça, je n’ai pas peur. De toute façon, j’ai déjà eu des réservations par mail. Je ne suis pas suicidaire. Et puis avec cinquante, cent ou trois cents personnes, je n’ai aucun problème d’égo. Je n’achète pas les spectateurs comme certains achètent les likes sur Facebook. Je ne crée pas du faux, même si les spectateurs sont moins nombreux que ce que je souhaite, ils seront là pour mon travail.

Certains sites internet vous annoncent bientôt en tournée. Info ou Intox ?
Il n’y a rien de prévu ni d’officiel. En revanche, vu que c’est enregistré, le but est de démarcher les tourneurs pour de futures dates.

Laura Berlioz