Accueil Articles [Articles] block 2 Nathalie barrère-andrieu : la passion dans l’ombre

Nathalie barrère-andrieu : la passion dans l’ombre

185

Nathalie Barrère-Andrieu est une femme de l’ombre qui aime mettre les autres en lumière. Elle pourrait reprendre le refrain d’Alice Dona : “Moi j’adore être derrière celui qui est devant”.
Femme de communication, dès l’enfance elle avait deux passions : la pub et le dessin de mode. Hélas pour la seconde, les écoles étaient loin de Toulon et onéreuses. Elle entre alors dans une école de technique de commercialisation, sur les conseils de son ami d’enfance : Michel Estades (encore lui !). Cette école est le seul lieu où on parlait de communication et, sur cent élèves, une seule s’y intéresse : elle ! Du coup, son prof la fait entrer en stage dans une grande agence de com à Marseille.

Entre temps – on est dans ces belles années 80 qui en ce moment sont très à la mode – on la retrouve animatrice de radios libres qui font florès : Radio Show, Radio Martin Bidouré.
La voilà donc à Marseille où elle s’ennuie très vite de Toulon et elle décide d’y revenir. Elle y travaillera dans trois agences dont la dernière où le patron part avec la caisse, laissant ses clients dans la panade. Elle décide alors de monter sa propre agence et de récupérer ces clients qu’elle connaît et dont elle s’occupait.
Nous sommes en 90 et naît alors l’agence NBC (Nathalie Barrère Communication). son agence, ses clients, toutes les rencontres qu’elle fait deviendront le centre de sa vie.
Elle va également découvrir une belle école en entrant à la Jeune Chambre Economique de Toulon où elle deviendra présidente en 97/98. C’est d’ailleurs là que nous nous rencontrons.
“J’avais envie – me dit-elle – de faire des choses pour ma ville, de participer à des aventures en commun et j’ai trouvé là un esprit d’équipe et j’ai beaucoup appris”.

Elle s’épanouit dans son métier, adorant mettre les gens en rapport les uns avec les autres, organisant des événements pour les entreprises, les associations car elle est toujours tournée vers l’autre, avec cet esprit d’intégrité, d’honnêteté qui est en elle.
“Lorsque je monte quelque chose, que je travaille avec quelqu’un, il faut que j’y crois et alors je fonce. Je mets un point d’honneur à ne pas décevoir le client qui m’a fait confiance. Et je suis également très fidèle. Je sais saisir toutes les opportunités et je ne vais jamais prospecter un client. Je ne sais pas faire ça et il se trouve que ce sont eux qui viennent vers moi ou alors c’est le hasard des rencontres qui fait qu’on va faire un bout de chemin ensemble.
Je sais aussi me remettre en question, ce qui, dans ce métier, est une nécessité”.

Tu étais un peu inconsciente lorsque tu a créé cette agence ?
Pas du tout ! Je n’avais simplement rien à perdre puisque je n’avais rien. Quant aux premiers clients, ils étaient là, dans l’embarras et je n’ai eu qu’à les récupérer !
Finalement, ça a été une chance pour moi que le patron s’en aille ! Ces clients, je les considère tous comme mes bébés. Je ne les lâche jamais, je les suis, je suis toujours là pour eux.

As-tu une devise ?
Oui, celle que m’a inculquée la JCET, le credo qui dit qu’il faut avoir le respect de la personne humaine. Et puis, je tiens aussi à garder ma liberté, j’aime les challenges et je respecte toujours mes engagements.
Voilà le portrait de cette femme de l’ombre qui aime mettre les gens auxquels elle croit en lumière. Il était bien normal pour nous que nous la mettions à son tour sous le feu des projecteurs.

Une dernière précision : elle aime viscéralement, passionnément Toulon, cette ville où elle est née et pour elle, elle est toujours prête à mener un combat. Entre autre aujourd’hui à aider le syndicat des commerçants afin que sa ville rayonne comme aux plus beaux jours. Et elle sait être très persuasive !

Jacques Brachet