Accueil Articles [Articles] block 2 Swarovski – Une histoire de famille de Wattens… à Toulon

Swarovski – Une histoire de famille de Wattens… à Toulon

308

Bernard Albier, bijoutier toulonnais, et sa fille Véronique Maure viennent d’ouvrir leur quatrième boutique Swarovski de la région. Depuis le 21 novembre, vous pouvez donc découvrir les bijoux et sujets en cristal de la marque, symbolisée par un cygne, dans la galerie marchande du centre commercial de Carrefour Ollioules.

Ils sont venus, père et fille, nous parler de ce nouveau projet, car c’est en famille qu’ils travaillent et partagent la même passion pour les bijoux Swarovski. En les écoutant et en regardant leurs yeux briller d’enthousiasme à l’idée de cette nouvelle réalisation, on ne peut que comprendre comment ils ont abandonné la bijouterie traditionnelle pour l’éclat de ce cristal d’exception qui reste, malgré tout, à la portée d’une large clientèle. Et on ne la fait pas à Bernard Albier, qui est bijoutier et gemmologue. Donc, lorsqu’il dit que « Swarovski c’est l’exigence du parfait », on le croit. Mais reprenons l’histoire à ses origines…

Swarovski à Wattens, en Autriche
Il était une fois un fils d’artisan verrier et originaire de Bohême qui s’appelait Daniel Swarovski. En 1895, il créa son entreprise afin de fabriquer un cristal d’une grande pureté. Il installa son usine à Wattens, en Autriche, dans un cirque naturel où coulait une eau abondante permettant de faire tourner ses machines. Ainsi, vit le jour une entreprise, aujourd’hui dirigée par ses descendants, qui, depuis 120 ans, n’a cessé de croître. Car, notre homme inventa une machine pour tailler son cristal à la perfection, cristal dont la recette est encore secrète à ce jour.
Cette perfection conquit rapidement le monde du spectacle, puis celui des grands couturiers.
« Derrière le mot strass se cache le nom de Swarovski », m’explique Véronique Maure. Dans les années 1950, les ateliers de Wattens créèrent même une teinte particulière pour Christian Dior, l’Aurore boréale. Aujourd’hui, le groupe possède plus de 2 200 boutiques dans 120 pays, avec un effectif de plus de 26 000 personnes. Bernard Albier et sa fille ont déjà trois boutiques, une dans le centre-ville de Toulon, place Puget, une à Centre Azur à Hyères et une à Grand Var Est. La quatrième vient de voir le jour à Ollioules dans la galerie du centre commercial Carrefour. Alors, comment tout cela a-t-il commencé ?

Swarovski à Toulon
Bernard Albier et Paulette, son épouse, ouvrent leur première bijouterie généraliste en 1962, dans le quartier du Pont du Las. En 1979, ils embauchent Madeleine Robert. En 1990, ils prennent une seconde boutique dans le centre commercial Mayol. En 1995, Véronique Maure rejoint ses parents dans l’entreprise. En 1996, séduits par les sujets en cristal Swarovski, ils installent un corner dans leur magasin. Et, en 1999, la première collection de bijoux voit le jour, associant l’élégance et la pureté à un prix abordable. La même année, Audrey Hochart se joint à l’équipe. Aujourd’hui, elle vous conseille aux côtés de Madeleine Robert à Grand Var Est. Enfin, en 2003, la famille Albier ouvre sa première boutique Swarovski dans la rue Jean Jaurès à Toulon. C’est le début d’une nouvelle aventure, l’image du cygne en filigrane. Suivront les boutiques de Grand Var Est en 2006, celle de Centre Azur en 2010 et viendront se joindre à la fine équipe Christine Sabbe, puis Béatrice Bonhomme et enfin Tifany Paone et Charlène Pourgatou.
Aujourd’hui, dans la boutique d’Ollioules, c’est Isabelle Le Guelenec, dernière arrivée de cette entreprise de 11 personnes, qui vous accueille et vous conseille.

Bernard Albier, Véronique Maure, qu’est-ce qui vous a motivés pour ouvrir ce magasin dans la galerie du centre commercial Carrefour Ollioules ?
Bernard Albier :
J’y pensais déjà il y a 4 ans, car il y a un fort potentiel dans cette zone. A l’ouest de Toulon, la première boutique se trouve à Aubagne. C’est trop loin. Il me fallait, par contre, trouver un emplacement qui corresponde, en taille, aux critères d’exigence de la marque. Swarovski, c’est un concept : où que vous soyez dans le monde vous devez avoir l’impression d’entrer dans la même boutique. Le produit, qui est d’une grande qualité, exige un « écrin » de qualité. La décoration est épurée, dans des tons de blanc, neutre, et met parfaitement le cristal en valeur. Un local adéquat s’est libéré et nous voilà !

En tant que bijoutier et gemmologue, qu’est-ce qui rend les bijoux Swarovski uniques à vos yeux ?
Bernard Albier :
C’est de la joaillerie haut de gamme dans la fantaisie. Tout est d’une qualité exceptionnelle : le métal utilisé, le sertissage, la conception. Et, au cœur de cela, une pierre d’une pureté incroyable. C’est du parfait ! J’insiste sur la qualité globale de nos bijoux. D’autres fabricants achètent les pierres à Wattens et les montent eux-mêmes. Mais leurs produits finis ne sont pas Swarovski. Les prix, par contre, sont inférieurs… et on nous le reproche souvent. Mais vous n’en avez que pour votre argent. Les finitions sont grossières et ne permettent pas de garantir ces produits deux ans comme les nôtres.
Véronique Maure : Ce qui me plaît, c’est leur côté « très mode ». Tous les six mois, une nouvelle collection voit le jour. Swarovski a installé ses ateliers de design à Paris pour être au cœur de la mode, de la haute couture, de la création permanente. Ils sont novateurs, créatifs. C’est remarquable.

Et il y a aussi quelque chose de remarquable dans la famille Albier. Nous souhaitons bienvenue et prospérité à leur boutique à Ollioules Grand Sud.

Propos recueillis par Karine Perrier