Accueil Actualité [Actu] block 1 Valettois à 200%, Thierry Albertini

Valettois à 200%, Thierry Albertini

752

1989. L’année d’entrée de Thierry Albertini à la mairie de La Valette. Conseiller municipal, puis adjoint, il a pris la tête de la mairie en avril dernier. Celui qui était kiné en centre-ville connaît par cœur sa commune. L’édile nous explique comment il veut la redynamiser.

Monsieur le Maire, quelle est votre priorité pour La Valette ?
Je veux me concentrer sur des projets de proximité qui vont améliorer la qualité de vie. Cela passe par nos commerces regroupés sous l’association “Cœur de Ville”. Le logo est un cœur car c’est lui qui dit que l’on aime notre centre-ville. J’y ai travaillé de longues années. Je l’ai vu bien vivre puis un peu moins. On veut réveiller ce cœur de ville pour qu’il “batte” bien. On a pensé au mois de mai une opération “Cuisine du Sud” avec 12 chefs dont 7 étoilés. Pour une première, on ne s’est pas trop mal débrouillé. On a voulu attirer les Valettois, les Toulonnais et plus généralement les Varois dans notre centre-ville. Les commerces ont joué le jeu à fond. Tous avaient des stands. C’est par ce genre d’évènements que je veux la faire connaître, la ville et l’animer.

Vous parlez d’animations. Comment alliez-vous divertissement et sécurité ?
Justement quand on parle de proximité on parle d’évènements. Cela rapproche les gens à travers des journées à thème, des soirées… Mais toutes ces manifestations sont agréables uniquement si elles sont sûres. Donc, le deuxième pilier, c’est la sécurité. On avait 14 policiers municipaux. J’en ai recruté 4. Ils sont donc 18 aujourd’hui. 14 caméras vont être installées et autant seront opérationnelles en 2019 pour couvrir le territoire. C’est particulier. Elles ont des angles de vue uniquement sur les lieux publics et non les lieux privés. Ce que je veux, c’est de la protection, pas du voyeurisme.

 

Beaucoup de villes voisines bénéficient de la mer. Sans cet atout, comment dopez-vous le tourisme ?
Il faut redoubler d’imagination. (rires) En réalité on en bénéficie autant que les autres car nous ne sommes pas très loin. Notre plus, c’est le massif du Coudon qui offre de superbes randonnées. En ville nous avons également deux jardins propices aux belles balades.

Pour tout ce qui concerne le domaine culturel, que proposez-vous ?
Je dirai que la culture est liée au patrimoine. En ce moment nous avons une exposition “Traces de Provence”. Les traces du passé, mais vues aujourd’hui. Ce sont des galeries de portraits avec des personnes en tenues traditionnelles. La présidente du club de sport de Toulon/ Saint-Cyr Handball est en habit provençal avec son ballon de hand. On pose un regard neuf sur quelque chose de patrimonial. C’est ça, la culture : adapter le patrimoine à l’actualité.

Quelle place a la jeunesse à La Valette ?
Il y a  plusieurs jeunesses. Pour le plus jeune âge, on prévoit une maison de la petite enfance. On va construire un nouveau pôle scolaire avec 3 cycles. Pour les pré-ados nous avons le “Dynamique Jeunes” qui leur donne accès à plusieurs  activités. Aussi, la ville compte beaucoup de clubs de sport.

Tout cela nécessite l’investissement des associations. Comment sont-elles aidées ?
Par essence, dans les associations, il y a des bénévoles. Je les remercie tous les jours de leur attachement à leur ville. Il faut les aider. On leur met à disposition des installations et on les aide financièrement. Le département et la métropole les aident aussi.

Que pouvez-vous nous dire sur la métropole ?
C’est un outil incroyable pour les villes. Dès 2002, on a réussi à travailler tous ensemble. Le président ne prend aucune décision sans l’unanimité. Ce n’est pas comme ça dans toutes les métropoles. On peut avancer dans beaucoup de domaines grâce à la métropole qui ne vole l’identité d’aucune ville. Toutes ont gardé leur identité.

Quelle place avez-vous au sein du département ?
J’ai la confiance du président. Dès le début en 2015, il m’a donné la commission habitat/logement du Var. C’est une lourde responsabilité puisqu’il s’agit de s’occuper de tout l’habitat social du Var. Sa répartition, les subventions… C’est une expérience riche à ce niveau-là. Plus généralement, ma place au sein de cette instance me pemet de vivre une expérience solidaire incroyable. Marc Giraud est très fédérateur. Cet esprit d’équipe et d’amitié, je ne pensais pas le trouver ici.

Pour finir, quel est votre meilleur souvenir de Valettois ?
Mon meilleur souvenir est un souvenir d’élu. Je suis totalement fier d’une action. En 1992, nous avons créé “les Amis du Coudon”. Dix ans plus tard, le massif a été classé en zone protégée. C’est une victoire incroyable.

Propos recueillis par Laura Berlioz