Accueil Actualité [Actu] block 1 Beaussétan 200% pur jus, Georges Ferrero

Beaussétan 200% pur jus, Georges Ferrero

166

Il connaît Le Beausset comme sa poche. Même mieux. Il faut dire que Georges Ferrero y a toujours vécu. De son premier mandat de conseiller municipal dans les années 80 à son poste actuel de maire, il a gardé le même objectif : dynamiser son village tout en lui conservant son authenticité.

Que représente Le Beausset pour vous ?
Je suis à 200% Beaussétan. J’y ai passé toute mon enfance, ma jeunesse, je m’y suis marié, y ai élevé mes enfants et j’y ai même tenu un restaurant. Finalement, à ma retraite, j’ai décidé de m’en occuper à plein temps en devenant maire. Le Beausset est véritablement ma commune et je me suis toujours passionné pour elle. Je pense en plus qu’à la fin de mon mandat tous les projets que j’ai menés seront réalisés. C’est un miracle.

Comment se porte votre centre-ville ?
C’était ma devise avec toute mon équipe, il faut faire bouger le village. Il se porte plutôt bien car j’ai refusé l’installation de grandes surfaces supplémentaires. Je suis conscient que c’est dans l’intérêt des gens d’aller y faire leurs courses mais il ne faut pas que les commerces ferment pour autant. Il n’y a pas un commerce de libre actuellement.
Comment la commune accompagne-t-elle les associations culturelles et sportives ?
On a engagé de nombreuses rénovations. Elle est vivante avec 130 associations sportives. Il y a pas un week-end où il ne se passe pas quelque chose. On a rénové le stade de rugby mais on a revu des aménagements pour rénover le stade de foot. Notre club regroupe près de 300 licenciés. Côté culture, on rénove la maison des arts. C’est un bâtiment très ancien qui a dû fermer. Les normes n’étaient plus respectées. On espère que cela sera fini fin novembre pour accueillir la bibliothèque, la médiathèque, des salles de réunions et d’autres salles pour les associations. On veut aussi remettre aux normes un ancien pôle social pour l’école de musique.

Bénéficiez-vous du tourisme ?
Le tourisme est un atout majeur. Nous sommes à la croisée de plusieurs activités, entre mer et montagne. Les touristes peuvent se baigner non loin à Sanary comme faire du VTT ou des promenades dans l’arrière-pays. Pour nous, le Parc National régional est un point important, nous sommes proches de la Sainte-Baume, de tout l’arrière-pays et encore plus près du circuit du Grand Prix.

Que dites-vous de l’agglomération ?
On a beaucoup de chance car le président est un véritable meneur qui ne laisse pas les petites communes du haut pays sans activité ou sans financement. Il a permis de restructurer beaucoup de choses avec la gare routière, il nous a aidé à aménager des routes et nous allons avoir une gendarmerie qui dessert cinq communes.

Quel est votre principal obstacle en tant que maire ?
Il est difficile de faire accepter nos choix à tout le monde. Certains ne comprennent pas mes décisions. Par exemple, nous comptons aujourd’hui 180 logements sociaux. Cela fait beaucoup parler mais ils sont à 99% habités par des Beaussétans. Certains retraités ou jeunes actifs de notre commune n’ont plus les moyens de se loger chez nous et je le regrette. D’autres occupaient même des logements insalubres. Pour moi, tout le monde à droit aux services et à un accompagnement. C’est pour le bien de la commune.

Vos souhaits pour l’avenir du Beausset ?
Je rêve que la commune garde ses activités et se développe. Au-delà de ça, ma priorité est de toujours respecter et garder les traditions comme la St-Eloi. Je souhaite aussi faire perdurer un principe: tous les Beaussétans sont égaux et tout le monde a le droit aux services, à l’expression et à l’accompagnement. Je suis profondément démocrate et j’accepte beaucoup de choses.

Propos recueillis par Laura Berlioz