Accueil Articles [Articles] block 2 Benoît Couder, L’opéra sur le bout des doigts

Benoît Couder, L’opéra sur le bout des doigts

143

Phénomène rassembleur avant tout, l’Opéra est un art à part entière qui mérite grande attention dès les premières notes et attire de nombreuses personnes aujourd’hui. Animé par la passion de la grande musique, Benoît Couder baigne dans cet art sublime au quotidien et nous entraîne dans un univers unique le temps d’une interview.

Bonjour Benoît, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
J’ai 58 ans, je représente le groupe JC Decaux France sur le Var au niveau commercial et je suis un amoureux fou d’Opéra depuis ma plus tendre enfance.

D’où vous vient cette passion pour l’Opéra ?
L’Opéra a toujours accompagné ma vie. Tout jeune, dans mon enfance, j’entendais de la musique classique dans ma famille. Je suis issu d’une famille nombreuse avec 9 garçons, il y avait donc beaucoup de bruit, de chamailleries à la maison, la musique classique me plaisait parce qu’elle apportait le calme et la sérénité. J’empruntais les 33 tours de mon père (les symphonies de Beethoven, les concertos de Mozart…) et je révisais sur ce fond musical. Plus tard, en habitant à Aix-en-Provence, j’ai été entrainé par mon épouse pour participer au superbe et fameux Festival Lyrique. Nous sommes d’ailleurs devenus membres des Amis du Festival.

Quels genres de spectacles préférez-vous ?
Les concerts classiques et les différents opéras. Il faut savoir qu’il y a plusieurs opéras : les opéras classiques italiens aux grandes mélodies que l’on entend souvent dans les publicités, les opéras allemands beaucoup plus durs, les opéras viennois très mélodieux, tout est une question de géographie et de climat dans l’opéra. Mozart est une exception, sa musique est universelle. Etant membres des Amis de l’Opéra de Toulon et de Monaco, ma femme et moi avons cette chance d’écouter de très belles œuvres régulièrement.

Y a-t-il un spectacle qui vous a particulièrement marqué ?
Il y en a tant. Plus récemment, la création 2013 à Aix-en-Provence, l’Opéra d’Elektra de Strauss. On est ressortis sublimés, c’était un spectacle étonnant qui nous a vraiment transporté.

Selon vous, pourquoi le Théâtre ou le Cinéma attirent plus les jeunes que l’Opéra ?
Bien que l’Opéra soit un spectacle des plus anciens et des plus populaires, il est mal compris par manque de connaissance. Cependant, je me réjouis de savoir que les directions des Opéras ouvrent leurs portes aux jeunes pour les initier à cet art merveilleux.

Quel prochain spectacle aimeriez-vous aller voir ?
Le prochain évidemment ! C’est toujours une découverte, même si vous voyez la même production d’une année sur l’autre, elle va changer. Avec mon épouse, nous avons un regret, c’est de n’avoir
jamais pu assister à une représentation lyrique à la Scala. Mais nous avons eu le plaisir d’aller à Venise, à Parme, à Naples, à Vienne, à Salzbourg, à Paris, à Glyndebourne… tout amateur d’Opéra voyage.

Que diriez-vous à quelqu’un qui n’est jamais allé à l’Opéra ?
Courrez-y vite ! Mais le conseil que je peux donner c’est de bien lire le livret avant, pour mieux entrer dans l’œuvre que vous allez entendre. Vous vivrez mieux la scène et comprendrez mieux la musique.

Un dernier mot ?
En ce début d’année, j’aimerais présenter mes vœux les plus sincères à tous nos amis lecteurs.

Marine Astor