Accueil Articles [Articles] block 2 Clara Morgane – Business Woman

Clara Morgane – Business Woman

282

Chaque fin d’année, Clara Morgane crée l’événement avec la sortie de son calendrier, en 2015, la jolie blonde nous emmène dans un univers cabaret très jazzy et signe un retour en musique couleur rouge passion. Aussi à l’aise devant le flash d’un photographe que dans la peau d’une businesswoman, elle mène sa vie comme elle l’entend, libre et indépendante.

Ni trop présente, ni trop distante, Clara Morgane gère son image et sa médiatisation comme peu savent le faire aujourd’hui. Présentatrice TV, chanteuse, comédienne, modèle, productrice mais surtout une femme bien dans sa peau, heureuse, épanouie et ça fait plaisir à voir ! Véritable businesswoman du 21e siècle, la jeune femme sait ce qu’elle veut et compte bien se donner les moyens d’aller au bout de ses envies.
Comme chaque fin d’année la belle et son célèbre calendrier sont très attendus, c’est le moment de rencontrer un public fidèle, de présenter toute une année de travail en parfait accord avec son nouveau clip « I’m so excited ». Cette fois Clara Morgane vous propose de faire un bond en arrière, toujours aussi chic et glamour, elle vous donne rendez-vous dans les années 30 le temps d’une année.

Bonjour Clara, avec la sortie de votre calendrier et le nouvel album vous terminez l’année en beauté…
Oui en effet ! J’ai pris un rythme de travail assez soutenu depuis 15 ans, je suis une passionnée, je divise chaque année en deux parties, les six premiers mois je suis en phase de création et de projets artistiques et en fin d’année j’entre dans une période de communication, de présentation, de promotion jusqu’aux fêtes. En général c’est le moment de l’année où l’on me voit le plus.

La thématique du calendrier et de l’album est la même, il s’agit des années 30, pourquoi avoir choisi cet univers ?
C’est assez simple, il y a deux ans, j’ai joué au Théâtre de la Pépinière à Paris dans une pièce qui s’appelait « Cabaret Canaille » mise en scène par Nicolas Briançon où j’étais accompagnée en musique par Gérard Daguerre et Antoine Millet au Piano. Nous avons revisité de vieilles chansons, on m’a raconté des anecdotes, je me suis prise au jeu et puis nous nous disions souvent qu’il était dommage que ce style de musique n’ai pas perduré dans le temps, il est vrai que ce n’est pas la musique qui plaît de nos jours, notre oreille est habituée à autre chose mais nous avons tout de même eu envie de faire un album autour de cette thématique, se servir de cet univers pour le calendrier coulait de source, c’est avant tout l’envie de se faire plaisir.

Album de Clara Morgane So Excited - Limpact

En enregistrant cet album très jazzy, de quoi aviez-vous envie ?
J’ai pensé distribuer l’album de manière différente pour sortir des sentiers battus. Cet album c’est celui du plaisir, de la détente, un album destiné à tous les romantiques, tous les amoureux qui désirent profiter d’un instant de musique, simplement. J’avais envie d’un univers à 360°, j’avais envie de photographies, de musique, de clip vidéo, j’ai lié le tout.

Au-delà de l’album, il y a le calendrier devenu un rendez-vous très attendu chaque fin d’année…
J’ai fait de ce calendrier mon meilleur allier, c’est un vrai rendez-vous qui a commencé un peu par hasard. Au début c’était un apprentissage de la photographie, c’est devenu ma façon de me réinventer, au fur et à mesure, j’ai rencontré de grands photographes avec lesquels j’ai travaillé, j’ai beaucoup appris sur la photographie car j’ai été très bien entourée.

Plus qu’une femme nue sur papier glacé, peut-on dire que votre corps est devenu un objet artistique ?
C’est un beau compliment, j’ai une équipe de gens que j’aime qui m’entourent et que je trouve talentueux, je dois le résultat de ces photographies à deux photographes, Jey Olivier et Alexandre Roux qui se sont partagé le cadre, le décor, la lumière, j’ai énormément de chance. Je suis fascinée par l’idée de créer un univers, une image qui prête à rêver, comme un tableau, je me sens libre et légère.

Calendrier de Clara Morgane - Limpact

Aujourd’hui, quel regard portez-vous sur l’évolution de votre image ?
C’est drôle, je regardais justement il y a peu de temps mes anciennes photos et je me disais que j’avais beaucoup changé ! Je pense qu’il faut savoir grandir, vieillir avec son temps, mon travail c’est l’image, je la façonne de manière à ce qu’elle soit élégante, chic mais surtout pas vulgaire.

Comment parvient-on à faire de son nom une véritable marque ?
Clara Morgane c’est une marque déposée, c’est 15 ans de travail, de recherche, d’amusements, j’ai la vie que j’ai toujours espéré, certains me jugeront, d’autres guetteront le moindre faux pas, mais tous sont des moteurs pour moi. Ils me poussent à me surpasser, à montrer de quoi je suis capable, j’ai les bonnes armes, j’apprends de mes erreurs, je suis motivée, je me prouve chaque jour que je peux faire mieux que la veille. Je ne veux pas être mise dans une case, je veux proposer des choses différentes pour surprendre, agréablement.

La célébrité n’est-elle pas une prison dorée ?
Je peux comprendre que l’on puisse penser cela, cependant j’ai créé moi-même mon image, j’ai été présentatrice TV, j’ai appris un métier, j’ai eu l’opportunité de faire un calendrier qui m’est entièrement consacré, j’y ai trouvé une façon de m’exprimer. Au début je me suis adaptée et ensuite j’ai commencé à faire des choix, montrer mes exigences, mes expériences me collent à la peau. Aujourd’hui, nous avons une maison de production, je fais le choix de m’entourer de ceux qui sont pour moi les meilleurs, c’est ma façon d’être libre.

Clara Morgane - Limpact

Aujourd’hui, vous êtes une femme posée, vous menez votre carrière professionnelle de main de maître, vous êtes à mille lieux d’une vie tumultueuse et déjantée…
Ça c’est clair ! J’ai une vie extraordinaire, je suis mariée, je gère ma carrière professionnelle comme bon me semble, j’ai beaucoup voyagé… A 30 ans, j’avais envie d’autre chose, d’avoir une famille autour de moi, cette famille c’est mon équipe que j’aime énormément, nous avons acheté une maison d’artiste et nous travaillons à la faire grandir.

Qu’est-ce que l’on peut vous souhaiter de plus ?
J’estime avoir eu plus de chance que la normale, si demain tout ceci devait s’arrêter je l’accepterai sans difficulté, je ne vis pas dans le besoin de l’exposition, la médiatisation ne m’attire pas, tant que j’estime proposer quelque chose d’utile, je continuerai.

Propos recueillis par Marine Astor
Crédit photos : Hugo&Cie