Accueil Articles [Articles] block 2 François de Canson et Bernard Cazeneuve, La Londe-les-Maures

François de Canson et Bernard Cazeneuve, La Londe-les-Maures

135

En seulement un an, la Londe-les-Maures a surmonté deux terribles inondations dans la difficulté et la douleur, la population et son Maire, François de Canson avancent aujourd’hui main dans la main pour retrouver leur qualité de vie, une épreuve traumatisante pour tous. La combattivité, la mise en place de travaux d’urgence et surtout la protection des biens et des personnes sont devenus les principales priorités de la commune.

Entretien avec François de Canson, Maire de la Londe-les-Maures, une semaine après les terribles inondations qui se sont abattues sur la commune.

Nous sommes le 3 décembre, une semaine après les terribles inondations qui se sont abattues sur votre commune, aujourd’hui, quel message souhaitez-vous adresser ?
Une semaine après, jour pour jour, je peux dire que la quasi totalité des maisons sont nettoyées.
Malheureusement nous avons profité de l’expérience de la dernière fois pour faire accélérer les procédures. Ce qui est pénalisant dans ce genre de dossier et qui est en train d’évoluer au niveau de l’état est que l’on prend conscience seulement aujourd’hui qu’il faut indemniser les communes plus rapidement et qu’il faut leur permettre de faire des travaux d’urgence et de restructuration. Grâce à la combattivité, les lignes bougent enfin.

La Londe les Maures inondation de la rue Clémenceau - Limpact

Nous avons tous vu, dans l’urgence, Bernard Cazeneuve, Ministre de l’intérieur venir à votre rencontre, aujourd’hui que reprochez-vous à l’état ?
Il a fallu attendre des drames humains pour que tout d’un coup les choses s’activent. Nous avons eu la visite de Bernard Cazeneuve, le Ministre de l’intérieur qui nous débloque 750?000?euros, que l’on a reçu aujourd’hui même, et d’un coup les travaux d’urgence que l’on ne pouvait pas faire parce qu’il fallait protéger l’environnement commencent et tout s’accélère. Ma population va enfin pouvoir être mise en sécurité, pour cela il a fallu pousser un coup de gueule.

Un an après la catastrophe, la situation se reproduit et à nouveau un sinistre bilan, estimez-vous cependant que des mesures ont été prises depuis ?
C’est très simple, le 19 janvier 2014, nous avons eu la visite de Monsieur Valls et de Monsieur Ayrault. Le 27 novembre 2014, une nouvelle inondation frappe notre commune et je n’avais pas encore touché un centime et tout à coup on débloque 50% de la somme promise en seulement deux jours. Mon cas attire l’attention des pouvoirs publics sur les dangers d’une population par rapport à la protection de l’environnement alors que je suis moi-même pour la protection de l’environnement, il faut savoir où sont les priorités. Je crois que la vraie question est là.

Votre commune reste très exposée à ces catastrophes naturelles, alors que faire pour éviter cela ?
On peut fortement les atténuer, c’est ce que j’ai vu avec le Secrétaire Général de la Préfecture, les services de l’Etat et les inspecteurs du gouvernement mandatés par le cabinet de Madame Royal.
Aujourd’hui, j’ai proposé une zone d’expansion de crue dans des espaces non battis, c’est-à-dire une surverse pour pouvoir soulager la rivière en cas de crue et nous sommes en train de réfléchir à deux bassins de rétention, un sur le Pansard et un sur le Maravenne, notamment avec des barrages que l’on pourrait vider et qui deviendraient de véritables bassins de rétention. Nous avons lancé en partenariat avec la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) une étude d’hydrologie et nous nous sommes engagés tous ensemble dans un tour de table à avoir les conclusions dans six mois et faire le maximum pour démarrer les travaux.

La Londe les Maures coulées de boue dans le skatepark - Limpact

Si nous ne pouvons éviter ces inondations à l’avenir, comment prévenir au mieux la population ?
C’est très difficile de prévoir puisque même si nous avons des alertes météo, les pluies sont tellement violentes et l’eau monte tellement vite qu’il peut être aussi dangereux de prévenir la population que de ne pas la prévenir. Je crois qu’il faut trouver véritablement un équilibre et surtout sécuriser la population en faisant les travaux nécessaires.
Personnellement, je suis la météo minute par minute et je sais dans quel quartier ça va frapper donc je suis en mesure de dire que l’on doit garder les enfants dans les écoles mais à part cela, c’est très difficile, les gens ont pris des habitudes et il faut faire attention à ne pas les perturber dans leur organisation. Une évacuation mal réussie avec des eaux qui montent en quelques minutes pourrait avoir des conséquences dramatiques énormes, donc soyons vigilants sur ces phénomènes d’alerte.

Notre principale inquiétude est axée sur le plan sanitaire et humain, mais qu’en est-il d’un point de vue économique ?
Sur le plan économique, j’avais pris des engagements le 19 janvier 2014 que j’ai maintenus.
Aucune entreprise de ma commune ne doit fermer et nous mettrons tous les moyens nécessaires pour qu’aucune d’entre elles ne mettent la clé sous la porte. Le drame humain est suffisamment lourd pour que l’on rajoute un drame économique. Nous avons pris le maximum de mesures il y a un an pour permettre à une population qui vit essentiellement du tourisme de pouvoir faire la saison dans de bonnes conditions, nous avons tenu cet engagement, aujourd’hui nous avons le temps de prendre les mesures pour que tout se passe le mieux du monde, pour les permanents et pour les saisonniers.

La Londe les Maures les dégats causés par les inondations - Limpact

Qu’en est-il d’un point de vue financier ?
D’un point de vue financier, les dégâts de l’année dernière s’élevaient à 7 millions d’euros, cette fois nous avoisinerons les 3 millions d’euros. Par contre, je prends un engagement très fort devant mes concitoyens pour leur dire que la totalité des budgets disponibles en matière de travaux seront utilisés pour réaliser des équipements dans les rivières, aujourd’hui nous devons absolument sécuriser les biens et les personnes, nous ne pouvons pas revivre ce genre de situation, même si certes on dit qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle, ces situations sont malheureusement de plus en plus fréquentes. Par contre, il est vrai aussi que s’il y a des pluies torrentielles pendant des jours et des jours, il faut que l’on soit en mesure de sécuriser au moins 95% de la population.

Face à l’émotion, de nombreux bénévoles ont porté main forte aux Londais dans un bel élan de solidarité, en tant qu’homme et porte-parole de toute une ville, que souhaitez-vous leur dire aujourd’hui ?
Nous avons la chance d’avoir ces maillons de la solidarité, nous avons une population exemplaire, courageuse, une population qui me soutient dans mon action même si c’est difficile pour eux moralement, financièrement, tout le monde fait bloc et nous avons tous ensemble l’envie d’y arriver.

La Londe les Maures le port Maravenne avant les inondations - Limpact

Avec la nouvelle année, viendra la renaissance de la Londe, vous avez de nombreux projets pour cette ville, quelles sont vos nouvelles priorités ?
Cette année va être une année de combats pour réussir le pari que nous sommes en train de tenter, c’est-à-dire de contraindre les pouvoirs publics à nous laisser agir et à nous donner les moyens de le faire. Pour cela, nous devons être forts et unis, j’en appelle à la solidarité dans l’ensemble du département du Var. Notre programme de travaux est bien sûr bousculé, mais nous recentrons tout sur la priorité des biens et des personnes et la sécurité des populations. Les gens ne doivent pas vivre avec un traumatisme lorsqu’il pleut, nous n’avons pas le droit d’attendre. Ma priorité est que ma population passe une année de calme, de joie et de bonheur dans la plus belle commune du Var qui doit retrouver le plus rapidement possible sa qualité de vie.

Propos recueillis par Marine Astor
Crédit photos : Mairie de La Londe-les-Maures