Accueil Articles [Articles] block 2 Jean-Pierre Ghiribelli – Le tourisme, une industrie affaiblie

Jean-Pierre Ghiribelli – Le tourisme, une industrie affaiblie

218

Président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) de la région PACA depuis mars 2014, Jean-Pierre Ghiribelli est le représentant de 5400 restaurateurs et hôteliers et dresse pour nous le bilan plutôt frileux de la saison estivale. Des constats, des faits et de grandes ambitions pour cette industrie du troisième millénaire, poumon de notre département.

Bien qu’il soit encore un peu tôt pour entreprendre quelques réflexions sur la saison 2014, entre une météo difficile, une situation économique qui ne sort pas la tête de l’eau, se concluant par un taux d’occupation maussade, pour nos restaurateurs et hôteliers ce qui est perdu le restera, incontestablement. Pour comprendre les faits, les adhérents de l’UMIH demeurent très attentifs à cette gigantesque industrie qu’est le tourisme. Jean-Pierre Ghiribelli dresse le tableau du secteur d’activité majeur de notre département qui mérite qu’on s’y intéresse de plus près.

Quel premier bilan peut-on faire sur la saison 2014 ?
La saison 2014 restera assez unique dans les anales, par le côté négatif. Il est vrai qu’il est un peut tôt pour faire un bilan mais incontestablement nous ne pourrons rattraper les pertes. Le taux d’occupation a été faible jusqu’à mi-juillet, nos entreprises en hôtellerie ont réalisé entre 10 et 15% de taux d’occupation en moins et en restauration entre 10 et 30% de chiffre d’affaire de moins également. Au mois d’août, nous avons eu un afflux de clientèle plutôt important avec un taux d’occupation d’environ 75%. Mais n’oublions pas que notre département est certes le plus visité de France mais a une grande faiblesse, sa météo et les clients sont de plus en plus « météophiles »…

Qu’attendent les clients français aujourd’hui en matière de tourisme ?
Aujourd’hui, les clients français sont de plus en plus informés mais pas toujours à bon escient. Ils veulent des prix très compétitifs et de la qualité, il n’y a plus de possibilité d’erreurs dans notre profession. Le souci est que nous, restaurateurs et hôteliers avons des charges qui ne cessent d’augmenter, une concurrence parfois déloyale, nous sommes pénalisés par les fameuses taxes qui ont été discutées puis remises en question, c’est un véritable casse-tête. Les services de l’Etat doivent comprendre que sans le tourisme, rien n’est possible dans notre département.

Quel est le rôle de l’UMIH dans cette situation ?
Notre profession étant de plus en plus réglementée, nous pensons que la France doit rester très attentive dans sa politique tourisme. L’UMIH est le premier syndicat de France, c’est une grande famille et nous tenons absolument à ce que les professionnels viennent vers nous pour continuer à travailler ensemble sur la qualité. Voyant l’attitude du client et sa demande, nous considérons qu’il y a un changement dans le monde de consommation, c’est pourquoi nos professionnels doivent se rapprocher de nous afin d’offrir à cette clientèle le produit qu’elle souhaite. Nous savons qu’il est encore temps d’inverser les tendances.

Propos recueillis par Marine Astor