Accueil Articles [Articles] block 2 Le RDV nutrition de Mireille Etienne

Le RDV nutrition de Mireille Etienne

72
mireille-etienne_diététicienne_limpact
mireille-etienne_diététicienne_limpact

 

Chaque mois, Mireille ETIENNE, diététicienne-nutritionniste, répond à une question sur la nutrition et l’alimentation. Ce mois-ci, elle aborde un sujet souvent délicat dans les familles : comment se comporter face à un enfant qui n’aime pas grand-chose ?

 

Si on écoutait nos enfants, les repas tourneraient autour des pâtes, des croquettes panées de poulet ou de poisson, des frites et des hamburgers ! Mais, autant pour leur santé que pour les aider à développer leurs goûts, ce genre de menu n’est pas souhaitable.

Apprécier les aliments, ça s’apprend.

Aimer la saveur sucrée et les aliments “gras” est inné (car le lait maternel ou maternisé est sucré et gras pour la croissance du bébé). En revanche, apprécier l’amer et l’acide découle d’un apprentissage. Plusieurs raisons expliquent les réticences de certains enfants devant de nouveaux aliments.

  • Il est naturel pour plusieurs enfants de d’abord rejeter un aliment nouveau (on appelle cela la “néophobie alimentaire”) et ensuite de l’apprivoiser à son rythme.

Les enfants peuvent avoir besoin de 15 expositions à un nouvel aliment avant de l’apprécier. Parfois même plus.  Gardez espoir et continuez à présenter de nouveaux aliments à votre enfant. C’est à force de répétitions qu’un aliment devient familier. Gardez en tête que les enfants ont tendance à aimer ce qu’ils connaissent

  • De plus, les capteurs sensoriels présents dans la bouche des petits sont plus nombreux et plus sensibles que ceux des adultes. Cela rend leurs expériences gustatives plus intenses.
  • La capacité de mastication des jeunes enfants est limitée. Les textures représentent souvent un obstacle à leur appréciation de certains aliments granuleux, croquants ou fibreux.

Que faire ?

Ne retirez donc pas un mets du menu après 3 ou 4 essais. Lui en servir quand même : cela peut prendre jusqu’à 20 repas avant qu’il accepte de les goûter.

Jouez sur le plaisir

Le contexte dans lequel se fait une expérience alimentaire influence le fait que l’enfant veuille ou non la renouveler. Il doit donc être positif. L’important, c’est que l’enfant développe ses goûts pour des aliments variés. Si manger est synonyme de pleurs, les chances qu’il apprécie ces aliments à long terme sont très faibles.

Ne forcez pas.

Contentez-vous de présenter les aliments et de proposer d’y goûter. Dites à votre enfant qu’il s’agit d’un aliment “de grand” et qu’il est peut-être encore trop petit pour l’apprécier. Son intérêt risque de s’aiguiser. Mangez vous-même les aliments méconnus, et manifestez votre appréciation.

 

Un seul menu pour la famille

Pour “acheter la paix”, vous êtes tenté d’offrir un autre repas à un enfant s’il n’aime pas ce que vous lui présentez ? C’est une mauvaise idée ! Cette habitude le conforte dans son refus et limite ses découvertes alimentaires à long terme. Il doit se contenter des aliments qui sont sur la table. Pour cette raison, un repas doit comporter un ou deux aliments qu’il aime afin qu’il puisse tout de même se nourrir.

Quelques astuces pour faciliter l’introduction de nouveaux aliments et agrémenter les découvertes :

  • Un aliment nouveau à la fois par repas.
  • Impliquez votre enfant dans le choix et la préparation des repas. S’il a lui-même mis un nouveau légume dans la recette, il sera fier et plus enclin à y goûter.
  • Coupez le nouvel aliment en petites bouchées afin que l’enfant sache qu’il peut l’apprivoiser progressivement.
  • Racontez-lui des histoires autour de ces aliments : de la provenance ou de super héros mangeur de cette nouveauté !
  • Évitez les collations moins de 2 heures avant le repas ; tout est meilleur quand on a vraiment faim.• Évitez de présenter le dessert comme une récompense : cela risque d’entretenir son opinion négative du plat principal.
  • Encouragez votre enfant, félicitez-le de ses efforts et évitez les critiques et les punitions en lien avec les aliments.

BON À SAVOIR

Vous êtes le modèle de votre enfant et il aura tendance à vous imiter. Il sera davantage tenté d’y goûter s’il voit que vous appréciez cet aliment. Pour ce faire, souriez en prenant une bouchée, dites “miam, que c’est bon”, frottez votre ventre avec votre main, ou démontrez votre plaisir à votre façon.

 

MIREILLE ETIENNE, Diététicienne Nutritionniste

CENTRE MÉDICAL “LE LEVANT” : 1361, av. des Anciens Combattants d’Indochine, La Seyne/Mer

PÔLE SANTÉ “HOUCARDE” : 25, av. de l’Adjudant Hourcade, Cuers

Tel. : 06 75 01 34 00