Accueil Actualité [Actu] block 1 L’Europe en ligne de mire, Josy Chambon

L’Europe en ligne de mire, Josy Chambon

253

La santé, l’immigration ou encore la lutte contre toutes les sortes de populismes. Autant d’enjeux cruciaux pour les élections européennes. Cela tombe bien pour Josy Chambon car ce sont ses domaines de prédilection. La présidente de l’UDI du Var veut figurer en position éligible sur la liste de Jean-Christophe Lagarde. Créatrice de l’ONG “Josy Chambon, l’humanitaire pour tous”, elle compte bien mettre l’humain au centre des décisions.

L’humain est au cœur de votre engagement. Selon vous, quelles doivent être les orientations en matière d’immigration ?
Je dirige l’institut de formation public varois des professions de santé. L’humain c’est notre quotidien. J’aimerais vraiment m’occuper de ce sujet. Il y a environ un an, j’ai été nommée conseillère spéciale du Ministre de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal. On nous parle de l’Afrique qui en 2025 va comporter 2,5 milliards habitants. Ce seront des jeunes alors que notre population est plutôt vieillissante. L’Afrique est un continent voisin, si on ne développe pas avec eux une économie gagnante-gagnante les gens vont fuir. Il faut arrêter de faire peur avec l’immigration. Pourquoi les migrants vont prendre d’assaut ces canaux de sauvetage ? Ils pensent que l’Europe va porter bonheur et richesse. Moi je pense que l’Europe doit prendre le problème à la source en regardant comment on peut améliorer les conditions de vie là-bas et développer une entente.

Craignez-vous la montée des populismes en Europe ?
Plus que jamais. Ne pas voter, c’est laisser place à une confusion qui pourra endommager notre futur. Il ne peut y avoir de France forte sans Europe puissante. Je crains les populistes d’extrême gauche et d’extrême droite

Quel regard portez-vous sur la large liste LREM ? Elle aurait pu attirer des gens de votre parti.
La plupart des personnes présentes sur cette liste, je ne les connais pas. Je pense qu’Emmanuel Macron offre quelque chose que ces personnes n’ont pas trouvé dans d’autres partis plus traditionnels. J’ai un regard assez bienveillant là-dessus mais attention à ce que ces ralliements soudains ne soient pas de l’opportunisme.

L’UDI est loin de faire partie des favoris. Quel est votre regard sur les intentions de vote ?
Jean-Christophe Lagarde veut montrer son indépendance dans le tableau politique. Je crois que la fidélité des idées a des valeurs qui passent au-dessus d’une place à prendre. Présidente de l’UDI du Var depuis sa création, ce parti me convient bien justement par les valeurs qu’il porte. Je me retrouve dans la dimension humaniste du mouvement UDI. Nous défendons une Europe puissante pour une France plus rassurée et donc plus indépendante. Même si on fait un petit score, il vaut mieux 3% propres et honnêtes que 80% d’esbroufe. L’UDI aussi peut rallier. J’ai moi-même reçu le soutient de Renaud Muselier qui n’est pourtant pas de mon parti politique. Pour autant, c’est un soutien de poids.

Propos recueillis par Laura Berlioz