Accueil Articles [Articles] block 2 Richar Brodeur entraîneur des boucaniers

Richar Brodeur entraîneur des boucaniers

150

Une nouvelle saison s’ouvre pour Richard Brodeur, le mythique entraîneur de l’équipe de hockey sur glace “Les Boucaniers”

Limpact : L’équipe a débuté sur une courte défaite à l’extérieur contre la Roche sur Yon. Comment abordez-vous cette nouvelle saison ?
Richard Brodeur : Elle sera plus compli¬quée au niveau budget et effectif, avec la perte d’un gros joueur parti à Montpellier. Nous ferons donc avec nos moyens. Pour revenir au match contre la Roche/Yon, c’était un bon match, très équilibré. Nous aurions même pu gagner, mais nous avons manqué de réussite.Aujourd’hui, cinq à six clubs peuvent gagner le championnat. J’ai confiance en mon groupe, même si nous sommes moins bien armés cette année.

Limpact :Vous jouez samedi contre Marseille, votre premier match de Coupe de France. Comment abordez-vous cette rencontre ?
RB : Je pense qu’il faut les craindre même s’ils sont en D3. Nous les avons joués et gagnés deux fois en amical, mais ils ont autant les moyens que nous de vaincre. Ils veulent, cette année, jouer la montée et peuvent, avec leurs étrangers, faire un bon résultat. J’espère que nous passerons ce premier tour, car pour Marseille, c’est un challenge de nous battre. Ce sera de toute façon un beau derby.

Limpact :Quelles sont vos ambitions pour cette saison ?
RB : L’objectif est de jouer les play-off et la montée en D1,même si on sait que ce sera dur. A ce jour, nous sommes moins bien préparés que les saisons passées. Au jour d’aujourd’hui, on n’est pas prêts, mais nous allons monter en puissance d’ici décembre et nous jouerons la montée quand même. Avant tout, il faut gagner des places.

Limpact : Qu’y a-t-il de changé dans l’équipe cette saison ?
RB : Au niveau des joueurs, nous avons perdu Peter Janecka, parti jouer à Montpellier, en D1. C’était un joueur de premier plan et il n’est pas facile de le remplacer. Pour le moment, à cause de notre budget, nous ne pouvons pas prendre un joueur de son envergure, alors il n’est remplacé par personne. Je me pose la question: devons-nous le remplacer malgré tout par un joueur d’un moindre niveau ou attendons-nous d’avoir les moyens de nous offrir un top joueur ? J’attends un peu pour voir quelles seront nos finances. A aujourd’hui, c’est un point d’interrogation.

Limpact : Quelles sont les points forts de l’équipe 2012-2013 ?
RB : Notre point fort, c’est la cohésion de l’équipe, c’est certain. L’envie de vaincre, de gagner, les joueurs l’ont. A nous maintenant de leur donner les moyens, car nous leur demandons beaucoup. Nous allons tout faire pour arranger ça ! Aujourd’hui, notre niveau nous situe sans doute en milieu de tableau, mais nous espérons faire mieux.

Limpact : Quels sont vos souhaits pour le futur ?
RB : Mettre mon équipe dans les meilleures conditions. Ils sont conscients de nos difficultés et jouent le jeu. Tous les week-ends, nous prenons des risques. J’aimerais bien sûr amener l’équipe en D1, mais mon souhait principal serait d’abaisser les coûts pour tous nos adhérents, afin de les aider.

Richard Brodeur et son épouse