Accueil Articles [Articles] block 2 Ruggero Raimondi, parrain des restos du coeur

Ruggero Raimondi, parrain des restos du coeur

179

Ce fut une générale pas comme les autres à l’Opéra de Toulon.
Expliquons d’abord, pour ceux qui ne le sauraient pas, ce qu’est une générale.
Lorsqu’on crée une pièce ou un spectacle, avant que n’ait lieu la première, il y a une générale. C’est, disons, la dernière répétition avant la véritable création.
Elle se fait en principe avec des invités, la presse quelquefois et surtout, elle sert de test à tous les artistes afin de savoir si tout est en place.

Si ce n’est pas le cas, le spectacle s’arrête, le metteur en scène rectifie le tir et le spectacle repart. C’est donc une oeuvre presque achevée mais avec un petit inconvénient puisque il peut s’arrêter chaque fois qu’il en est besoin.
Ce qui arrive rarement… et qui n’est pas arrivé ce 28 mars pour la générale du ” Barbier de Séville” de Rossini, heureusement car ce n’était pas une soirée comme les autres. En effet, elle était dédiée aux Restos du Coeur, puisque toute la recette allait à cette association et elle avait pour parrain, l’une des plus belles voix classiques du monde : Ruggero Raimondi, venu spécialement de Monaco pour aider à la réussite de cette soirée, parrainée également par l’association Orféo, qui réunit des mécènes de la région autour de la culture (entreprises, banques…) sous l’égide des chambres de commerce et d’industrie, des métiers et de l’artisanat, d’agriculture.

inC’est avec un peu de retard que Ruggero Raimondi est arrivé sur la scène de l’Opéra de Toulon, accueilli par les présidents d’Orféo et des Restos du Coeur, d’Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon et sa première adjointe Geneviève Levy, députée du Var et Claude-Henri Bonnet, directeur de l’Opéra.
Alors qu’il a chanté sur les plus grandes scènes du monde, notre grand artiste découvrait avec joie ce beau théâtre, créé avant celui de Paris et ayant servi à la construction de ce dernier, devait souligner Hubert Falco ! Il salua tous les artistes déjà prêts sur le plateau puis vint saluer le public qui lui fit une ovation lorsque Hubert Falco lui remit la médaille de la Ville de Toulon.

A l’entr’acte, au cours d’un cocktail, Claude-Henri Bonnet et Régis Vian des Rives, président d’Orféo, lui présentèrent les personnalités de l’association présentes et Ruggero Raimondi redit son bonheur de découvrir ce lieu et d’assister à cet opéra de Rossini mis en scène par son ami Stefano Mazzonis di Pralafera.
Un opéra que nous appréciâmes tout autant car la musique de Rossini est d’une pureté incroyable, interprété par des voix magiques, entre autres celles d’Anna Kasyan (Rosina), que l’on a déjà applaudie à Toulon cette année dans “La bohème”, Paolo Bordogna, superbe Figaro, Sébastien Droy, beau comte Almaviva…
Une mise en scène fort originale du même Stefano, pleine de trouvailles, de folie, entre modernisme et commedia dell’arte, avec entre autres, l’arrivée des soldats sur la chanson de Vincent Scotto “A Toulon”, très appréciée des Toulonnais et la venue en fin de spectacle de Rossini en chair et en os sur son piédestal !
Ce fut une vraie grande et belle soirée.

Jacques Brachet