Accueil Articles [Articles] block 2 Sarah Briand – Simone Veil, Portrait d’une éternelle rebelle

Sarah Briand – Simone Veil, Portrait d’une éternelle rebelle

202

Simone Veil, aujourd’hui encore, est une femme que les Français admirent, notamment grâce à la loi de 1975 qui porte son nom, relative à l’Interruption Volontaire de Grossesse. Elle avait écrit sa biographie en 2007, mais en dissimulant pudiquement toute une part intime de sa vie.
Sarah Briand, journaliste sur France 2, pour l’émission « Un jour, un destin », a enquêté pendant de nombreux mois pour réaliser un documentaire et écrire une biographie intime de Simone Veil. L’auteure était dans le Var le mois dernier pour dédicacer son livre chez « Mille Paresses ».

Comment vous est venue l’envie d’écrire sur Simone Veil ?
C’est une personne que j’ai toujours admirée. Son visage, d’une très grande beauté, m’a toujours fascinée. J’avais envie de découvrir la femme, la mère de famille, l’amoureuse qu’elle était (elle a eu une histoire d’amour de plus de 60 ans avec son mari). Dans son autobiographie, elle ne livrait rien de très personnel. Ce qui m’intéressait c’était de la raconter à travers les témoignages de ceux qui ont été témoins de cette vie intime, comme ses enfants, ses petits enfants. Ça m’intéressait aussi de raconter son parcours politique, côté coulisses, de savoir, par exemple ce qu’elle a ressenti en montant l’escalier de l’Assemblée nationale au moment de prononcer ce discours qui changea la vie de nombreuses femmes.

Vous avez eu accès à des documents exceptionnels, notamment aux albums photos de la famille…
Je n’aurais pas pu écrire ce livre ni réaliser le film si je n’avais pas eu accès à cette intimité familiale. Je raconte dans le 1er chapitre du livre le jour où l’un de ses fils, Jean Veil, m’a fait entrer dans l’appartement de sa mère pour regarder les albums de famille. Simone Veil était là. C’était vraiment très fort de la voir regarder elle-même son histoire défiler sous ses yeux, avec des photos où on la voit dans l’intimité, les cheveux détachés (ce que personne n’a jamais vu, même certains de ses petits-enfants). On la voit en maillot de bain dans sa maison du sud de la France. On la voit avec Jacques Chirac au Sénégal qui la prend par les épaules, ce qui est rare car c’est une femme qui déteste la promiscuité, très pudique. On a tous été bouleversés en voyant l’émotion dans ses yeux lorsqu’elle parcourait ces albums.

« Simone, éternelle rebelle» de Sarah Briand - Limpact

Cela devait être très touchant de revoir les photos les plus anciennes, celles de la vie avant la guerre…
Elle a un petit album avec des photos qu’elle a légendées elle-même, des photos de famille où on les voit à Nice, avant la guerre, avant l’arrivée des allemands. C’est bouleversant quand on sait qu’elle a perdu toute sa famille de façon tragique, notamment son frère et son père, portés disparus. Aujourd’hui encore, elle ne sait toujours pas ce qu’ils sont devenus.

Simone Veil a mis extrêmement longtemps avant de pouvoir parler de sa déportation ?
Le mari de Simone, lui-même, souhaitait qu’elle ne ressasse pas son malheur, donc, il ne l’a jamais poussée à raconter son histoire. Simone Veil, elle, avait besoin d’en parler. Elle pouvait le faire avec sa sœur, Milou, réchappée des camps avec elle. Ce n’est qu’en 2004 que Simone Veil décide d’emmener sa famille à Auschwitz. Là-bas, ses enfants comprennent enfin ce qu’elle a vécu, ce qu’elle a ressenti. Ce sont eux qui m’ont raconté ce voyage bouleversant.

Comment expliquer la fascination qu’ont beaucoup de Français pour cette femme ?
Elle est toujours la femme publique préférée des Français. Il y a bien sûr le fait qu’elle ait porté cette loi sur l’IVG qui a changé la vie d’énormément de femmes. Aujourd’hui encore, des femmes viennent la remercier dans la rue pour ce qu’elle a fait. Il y a aussi le fait qu’elle n’a jamais appartenu à un parti politique, ce qui la place au dessus des querelles politiciennes.

Propos recueillis par P.Y. Dodat, Libraire Mille Paresses
Mille Paresses La Librairie, 201 av. de la 1ère DFL au Pradet et 39 av. Jean Jaurès à Carqueiranne

« Simone, éternelle rebelle» de Sarah Briand (Editions Fayard) 18 €